Accueil / Politique / L'AOC Cognac veut tester la distillation à la vapeur

Développement durable
L'AOC Cognac veut tester la distillation à la vapeur

Réélu à la présidence de l'Organisme de Défense et de Gestion de l'appellation, Éric Billhouet place son troisième mandat sous le signe de la transition agroenvironnementale. Y compris dans les distilleries.
Par Alexandre Abellan Le 20 novembre 2020
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
L'AOC Cognac veut tester la distillation à la vapeur
Bouilleur de cru, Éric Billhouet est également membre du bureau de l'UGVC et du comité permanent du BNIC, ainsi que président de la commission Qualité du BNIC et administrateur de la CNAOC. - crédit photo : UGVC-CK Mariot
V

iticulteur à Segonzac, en Grande Champagne, Éric Billhouet vient d’être réélu à la présidence de l’Organisme de Défense et de Gestion (ODG) du Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC). « Ce mandat sera basé sur l’environnement » annonce-t-il, poursuivant le travail mené sur le référentiel Cognac (allant au-delà de la certification Haute Valeur Environnementale, HVE) et sur les nouveaux cépages (le monbadon est inscrit au cahier des charges de l’AOC comme cépage à fin d’adaptation au changement climatique, la sélection se poursuit pour les cépages résistants charentais).

Mais le virage environnemental ne se limite pas au vignoble pour Éric Billhouet, qui met en place une réflexion pour améliorer le bilan carbone des distilleries en testant la chauffe à la vapeur. « Notre cahier des charges indique que la distillation doit se faire à feu nu. Traditionnellement, on utilisait du bois ou de la briquette, actuellement 99 % des alambics sont chauffés au gaz. Cela représente beaucoup d’énergie qui part aux petits oiseaux » note le viticulteur charentais.

Sans modifier la structure de l’alambic charentais

Commencée sous le précédent mandat, cette réflexion est désormais instruite par la commission technique de l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO). « Sans modifier la structure de l’alambic charentais, un système de chauffage tubulaire à la vapeur permettrait de monter en température le vin » esquisse Éric Billhouet, se basant sur les travaux de la Station Viticole du BNIC. L’avancée du projet est désormais suspendue au rapport de l’INAO.

Paritaire entre la production et le négoce, l’ODG a pour vice-présidente Mélina Py, la directrice des activités des cognacs Martell. A noter que l’ODG réduit également à 18 son nombre de délégués (contre 34 par le passé), afin d’avoir une organisation en miroir du comité permanent du BNIC (composé de 9 viticulteurs et autant de négociants).

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé