LE FIL

Fiche pays

L’accord de libre-échange, promesse d’avenir du Vietnam pour les vins français

Mercredi 04 novembre 2020 par Alexandre Abellan

Comme la Corée du Sud et Singapour, le marché vietnamien va bénéficier d’un accord de libre-échange avec l’Union Européenne.
Comme la Corée du Sud et Singapour, le marché vietnamien va bénéficier d’un accord de libre-échange avec l’Union Européenne. - crédit photo : Tastin' France (Business France)
Mis au ralenti par la pandémie de coronavirus, le marché vietnamien reste stratégique alors que la suppression d’ici dix ans des taxes à l’importation va créer de nouvelles opportunités concurrentielles.

Après des croissances annuelles de 6 à 8 % des importations de vins sur les dernières années, le marché vietnamien prend de plein fouet la récession économique liée à la crise sanitaire du coronavirus en 2020. « Les exportations ont chuté cette année. L’impact du covid-19 est fort sur le secteur des vins » explique Thanh Oanh Ton Thien, la chargée de développement Agriculture et Agroalimentaire pour Business France Vietnam. Depuis Ho Chi Minh Ville, l’experte rappelle que le « Vietnam est pays de tourisme. Beaucoup d’hôtels et de restaurants et bars sont fermés à cause de l’absence des touristes et de la classe moyenne. Les consommateurs font plus attention à leurs dépenses. »

Alors que l’automne est normalement la période la plus active pour les importateurs et distributeurs vietnamiens, anticipant les cadeaux des fêtes de fin d’année et du nouvel an lunaire, la crise sanitaire réduit à portion congrue les achats. « Comme les ventes seront faibles, les opérateurs liquident d’abord leurs stocks, ils ne font que de petites commandes. Cette année » souligne Thanh Oanh Ton Thien.

Accord de libre-échange

Cet attentisme du marché vietnamien ferait presque oublier la bonne nouvelle de l’année 2020 pour les vins français : la signature de l’accord de libre-échange entre le Vietnam et l’Union Européenne ce 30 juin dernier à Hanoï. Actuellement fortement taxés (à hauteur de 50 %), les vins seront progressivement exemptés de droits à l’importation sur les sept années à venir (restent en vigueur des droits d’accises de 35 % et une TVA de 10 %).

Gagnant progressivement en impact, cet accord doit encourager dès maintenant les entreprises françaises à venir sur le marché vietnamien pour Thanh Oanh Ton Thien, qui prévient : « sinon les autres concurrents vont se mettre en place ». Le marché vietnamien devient en effet de plus en plus compétitif. Si les vins de France restent en tête en termes de valeur, le Chili a pris le première place en volume. « La concurrence est forte depuis 2018 avec le développement des vins du nouveau monde, Australie et Chili » note l’experte.

"Marché de niche"

Thanh Oanh Ton Thien ajoute que si « le marché du vin est une niche au Vietnam (la boisson alcoolisée la plus consommée est la bière avec 97 % de la consommation de boissons alcoolisées), la tendance est à la croissance de la consommation de vin, perçu comme chic, élégant et avantageux pour la santé. »

Pour en savoir plus sur le marché vietnamien, cliquer ici.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé