LE FIL

Alsace

« 2020 finira loin de nos ambitions »

Lundi 29 juin 2020 par Christophe Reibel

Les membres de l’interprofession se sont montrés partagés sur la pertinence d’un mécanisme de blocage à la vente d’une partie du millésime 2020.
Les membres de l’interprofession se sont montrés partagés sur la pertinence d’un mécanisme de blocage à la vente d’une partie du millésime 2020. - crédit photo : Christophe Reibel
Le Conseil interprofessionnel des vins d’Alsace (Civa) veut retrouver la dynamique d’avant covid. Son plan rebond va tirer de nouvelles cartouches sur fond d’âpres débats à propos du rendement 2020.

Les vins d’Alsace étaient bien repartis. Après dix ans de tendance baissière, le mouvement s’inversait grâce à la hausse des ventes de 0,9 % en 2019, les progressions commerciales enregistrées sur janvier et février, l’augmentation des référencements sur les cartes des restaurants.... La crise a cassé cet élan. La commercialisation a reculé de 22 % en mars, de 47 % en avril et de 33 % en mai. La prévision sur 2020 laisse augurer des ventes de 830 000 hl, 100 000 hl de moins qu’en 2019. « Cette année finira loin de nos ambitions » avance sans beaucoup de risque de se tromper Didier Pettermann, reconduit pour la cinquième fois de suite à la présidence du Civa réuni en assemblée générale le 26 juin à Rorschwihr. Mécaniquement, les stocks de l’AOP Alsace blanc (hors crémant) gonflent. De 24 mois en début de campagne, ils pourraient se retrouver à 32, voire 34 mois en décembre !

Tordre le cou aux idées reçues sur les Alsace

Cette perspective a entraîné la mise en œuvre d’un plan rebond de communication dès mai. La campagne d’affichage se poursuit. Après la presse, les bus, le métro, les photos des vignerons alsaciens s’invitent jusqu’au 8 juillet dans toutes les gares parisiennes et de plusieurs autres grandes villes. Autre initiative : tout consommateur de blanc d’Alsace qui aura envoyé une photo circonstanciée au Civa pourra prendre part à un tirage au sort hebdomadaire récompensé par un gros lot, une virée en montgolfière par exemple. Le restaurateur qui lui aura servi le vin ne sera pas oublié. Enfin, les salons professionnels seront utilisés pour « tordre le cou » aux idées reçues sur les vins d’Alsace : des dégustations seront proposées en fonction de la réponse faite à un questionnaire répertoriant les défauts supposés des vins d’Alsace, auquel chaque visiteur sera invité à répondre à l’entrée de l’événement.

La réunion a enfin permis de présenter le fonctionnement de l’outil de gestion des volumes que pourrait être le blocage à la vente d’une partie du millésime de l’année si l’interprofession décidait de l’activer une fois le rendement 2020 fixé. Cette décision reviendra à l’assemblée générale de l’Ava (Association des viticulteurs d’Alsace) inscrite au calendrier le 16 juillet prochain. Les délégués auront à trancher entre deux orientations: soit les 60 hl/ha défendus par le conseil d’administration de l’Ava, soit les 70 hl/ha réclamés notamment par les vendeurs de raisin et certains vignerons indépendants.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé