LE FIL

Nouveaux vignerons en biodynamie

Un taux de réussite de 33 % des candidats à la certification Biodyvin

Jeudi 09 janvier 2020 par Alexandre Abellan

L’association Biodyvin a été fondée en 1995, témoignant d’une volonté viticole d’avoir son propre lieu de réflexion et de certification en biodynamie.
L’association Biodyvin a été fondée en 1995, témoignant d’une volonté viticole d’avoir son propre lieu de réflexion et de certification en biodynamie. - crédit photo : Domaine Humbrecht
Fêtant ses 25 ans, l’association internationale maintient son exigence pour certifier les domaines souhaitant se convertir officiellement aux pratiques biodynamiques.

« Dès qu’un vignoble passe en bio, il se pose rapidement la question de la réduction de ses doses de cuivre et de l’évolution de ses pratiques de vinification. La biodynamie est une réponse de plus en plus sollicitée » pose Olivier Humbrecht, le président de l’association Biodyvin. Réunis en assemblée générale ce dimanche 12 janvier en val de Loire (à Maslives, Loir et Cher), les 158 adhérents du syndicat international des vignerons en culture bio-dynamique vont célébrer les 25 ans de la structure et pouvoir se féliciter du nombre croissant de candidatures pour les rejoindre

Ce samedi 11 janvier, le comité directeur de Biodyvin va étudier la quarantaine de dossiers reçus cette année, en sachant déjà qu’il n’y aura qu’un tiers d’adhésions validées.

"Processus d’entrée"

En baisse par rapport aux précédentes années, cette proportion de validation va de paire avec une hausse du nombre de domaines néophytes en biodynamie, s’intéressant à la question dès leur conversion à la bio. « Il y avait plus d’antériorité par le passé » résume Olivier Humbrecht. Le vigneron alsacien reconnaît que « le processus d’entrée dans notre syndicat peut sembler long, mais il est justifié. Certains passent en bio a minima en respectant le cahier des charges européens pour accéder à des linéaires avec un logo vert, mais la biodynamie n’est pas qu’un ensemble de répercussions techniques. Il faut déjà en comprendre la démarche et se l’approprier. »

100 % bio

Pour Biodyvin, la règle de base pour l’entrée dans son syndicat est d’afficher 100 % de ses surfaces en certification biologique (y compris de ses apports en activité de négoce, voir encadré). Pour toute candidature, l’association demande ensuite  à pouvoir déguster des vins au moins en deuxième année de conversion bio (ce qui dans la pratique demande un début de conversion en 2017). S’ensuivent des visites de domaines et des dégustations en comité pour valider les pratiques à la vigne et au chai, ainsi que les résultats dans les vins.

"Sulfites"

Contrairement à Demeter, l’autre syndicat de référence pour la certification en biodynamie, Biodyvin ne fournit pas de cahier des charges précis des pratiques autorisées et interdites en vinification. L’association préconise une réduction des intrants au strict minimum, sans l’imposer. Comme l’explique Olivier Humbrecht : « on veut tendre vers l’absence d’intrant, mais c’est extrêmement difficile selon les situations. Nos doses de sulfites autorisées sont identiques à celles de Demeter (inférieures au règlement bio), mais nous n’interdisons pas des collages et levurages ponctuels pour éviter toute apparition de défauts. » Si ces interventions sont très systématiques, le comité de certification peut sanctionner le domaine fautif.

Si les deux-tiers des candidatures actuelles devraient être rejetées, elles pourront retenter leur chance l’année prochaine. Biodyvin conseillant aux candidats refusés de suivre des journées pratiques et conférences techniques du Mouvement pour l’Agriculture Bio-Dynamique (MABD). « La biodynamie est un tout, il faut se poser les bonnes questions pour y parvenir » conclut Olivier Humbrecht.

 

Règlement négoce

L’assemblée générale de Biodyvin se penchera sur les conséquences du règlement négoce adopté en juillet dernier par son comité directeur. Adoptant une approche éthique, ce texte demande à toute société de négoce rattachée à une structure viticole adhérente d’acheter des raisins et vins au moins certifiés bio. Tout approvisionnement extérieur en conventionnels est tenu d’être réalisé par une société clairement et géographiquement distincte et ne permettant aucune ambiguïté de lisibilité et de transparence auprès du consommateur.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé