LE FIL

Développement durable

La captation du CO₂ des vinifications fait ses preuves

Mercredi 25 septembre 2019 par Alexandre Abellan

Pour améliorer son bilan carbone, le château Montrose a déjà réalisé l’isolation thermique de ses bâtiment, mis en place la géothermie pour les chauffer et climatiser, ainsi qu’installé des panneaux solaires sur sa toiture.
Pour améliorer son bilan carbone, le château Montrose a déjà réalisé l’isolation thermique de ses bâtiment, mis en place la géothermie pour les chauffer et climatiser, ainsi qu’installé des panneaux solaires sur sa toiture. - crédit photo : Château Montrose
Le château Montrose déploie à échelle industrielle son outil de séquestration du gaz carbonique émis pendant ses fermentations alcooliques. Ne reste plus qu’à développer des voies de valorisation de nouveaux sous-produits vinicoles.

Capter le gaz carbonique des fermentations alcooliques est « très simple. Toutes les craintes de vinificateurs que l’on puisse formuler sont tombées à l’usage. Nous avons été tellement satisfaits par nos essais l’an dernier, que toutes nos cuves de vinifications sont désormais équipées » rapporte Vincent Decup, le maître de chai et directeur R&D du château Montrose (grand cru classé en 1855 à Saint-Estèphe). Après avoir essayé sur quelques cuves en 2018 le système d’Alcion environnement de captation et traitement du CO2*, l’œnologue l’a donc adopté et déployé ce millésime 2019 sur 60 cuves de vinification (allant de 45 à 200 hectolitres). Grâce à des gouttières de PVC « ne pénalisant pas le travail », le CO2 émis par les levures métabolisant le sucre en éthanol est aspiré à l’extérieur du chai grâce à « un systèmes de vanne et contre-vanne qui ne retire que l’excédent de CO2, évitant la mise en surpression de la cuve et maintenant l’inertage pendant la fermentation » détaille Vincent Decup. Le CO2 capté passe ensuite par des colonnes de six mètres haut contenant un bain de carbonate, de potassium ou de sodium. Des cristaux de bicarbonate, de potassium ou de sodium, précipitent et sont filtrés en sortie de la colonne, où est récoltée une poudre blanche.

Séquestration et sécurisation

Ce système doit produire 15 tonnes de bicarbonate en 2019, ce qui représenterait un taux de recyclage de 40 % du CO2 émis cette campagne de vinification. En visant 35 tonnes de bicarbonate dès 2020, le château compte collecter 100 % de son CO2 émis. Permettant de réduire l’empreinte carbone et les émissions de gaz à effet de serre de la propriété viticole, cette séquestration du CO2 permet également de sécuriser le cadre de travail des employés de chai, en évitant les phénomènes de sursaturation en CO2, si fréquents et dangereux au petit matin lors des vinifications, quand la cave n’a pas été aérée depuis la veille.

Mais « ce projet sera encore plus excitant quand on pourra valoriser du 100 % du bicarbonate produit » souligne Vincent Decup. Ayant trouvé un usage interne au bicarbonate de sodium (un produit nettoyant pour détartrer les cuves), le château doit imaginer d’autres usages pour écouler les 35 tonnes qu’il doit produire annuellement. « Le bicarbonate est une molécule qui a beaucoup d’usages dans la bibliographie : en cosmétique, comme fongicide, pour produire de la spiruline… » liste l’œnologue.

7 500 euros pour 60 cuves

Financièrement, l’installation des câbles PVC a coûté 7 500 euros, les colonnes de traitement étant seulement présentes lors des vinifications (elles sont montées et démontées par Alcion, qui fait office de prestataire de service). « Ce n’est pas un investissement à fond perdu. A notre humble échelle, nous agissons pour la planète, mais avec une optique fonctionnelle et une volonté d’équilibre économique » conclut Vincent Decup.

 

* : Ce système est également présent au château Smith Haut Laffite (Pessac Léognan).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
CHAPELLE de NOVILIS Le 01 octobre 2019 à 15:31:15
Second article très intéressant sur le sujet. Mais auriez vous les coordonnées de la société ALCION ? Impossible de trouver un numéro de téléphone ou un email sur internet; Merci par avance Bien cordialement, nathalie jeannot
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé