LE FIL

Vendanges 2019

Hétérogénéité marquée sur l'ensemble du vignoble

Lundi 09 septembre 2019 par Claire Furet-Gavallet

Les prélèvements des contrôles maturité doivent être à l'image de la parcelle
Les prélèvements des contrôles maturité doivent être à l'image de la parcelle - crédit photo : Jean-Charles Gutner
La maturité est complètement hétérogène au sein d’une même parcelle. Une différence qui perturbe les dates de récolte.

Outre la petitesse des baies, l'hétérogénéité au sein de la parcelle est marquée pour ce millésime 2019. L’ordre de vendange des cépages en est même bouleversé. En Cotes de Beaune, des pinots noirs vont être ramassés avant les chardonnays. « Certains pinots, à 11 et 12 % potentiel le 2 Septembre, vont être récoltés le 9 Septembre, ce qui est tôt pour nous » explique Nicolas Baratin, œnologue-conseil au laboratoire AOC à Beaune. Les chardonnays seront ramassés autour du 14 Septembre, sauf pour les crémants qui étaient prêts début septembre en côte chalonnaise.

Dans l’Hérault, les blancs et les rosés se chevauchent. Leur ramassage nécessite une organisation minutée. « Sur rouge, certains cépages, comme le grenache, seront mûrs un peu avant le merlot. D’habitude c’est l’inverse » détaille Fabrice Maubert, œnologue-conseil chez Languedoc Oenologie. Nombreux sont les facteurs en cause dans ces bouleversements : le gel, les coulures, le millerandage, l’échaudage parfois. Mais le stress hydrique reste le paramètre majeur : il a bloqué la maturation des parcelles les plus jeunes ou sur les sols aux faibles réserves en eau. « Il manque 300 mm d’eau cette année, la maturité en pâtit selon les parcelles » soutient Fabrice Maubert.

Des prélèvements plus pointus

Dans l’Aude, Gilles Déjean, œnologue du laboratoire éponyme, insiste sur l’attention toute particulière qu’il faut porter au prélèvement des grappes pour les contrôles maturité. « On le dit d’habitude, mais cette fois c’est vraiment essentiel. Ceux qui prélèveront à tous les points stratégiques de leurs parcelles et qui dégusteront les baies régulièrement auront plus de chances de bien déterminer leur date de vendange », explique l’œnologue.

"En Loire, l’hétérogénéité est très forte dans les parcelles de rouge et beaucoup moins en blancs"

En Beaujolais, l’hétérogénéité est telle au sein du réseau Matu de la chambre d’agriculture que cet organisme ne préconise pas de date de récolte comme il le fait habituellement. « Nous envoyons les résultats d’analyses aux viticulteurs mais sommes incapables d’estimer les dates de vendanges et l’évolution des raisins par secteur » explique Florence Hertaut, œnologue.

En Loire, l’hétérogénéité est très forte dans les parcelles de rouge et beaucoup moins en blancs. « Nous sommes sur des dates de récolte normale pour les blancs. Pour le cabernet franc, c’est le flou :  il est encore un peu tôt pour décider » explique Philippe Gabillot, œnologue-conseil à la CA Indre-et-Loire.

Ces différences de maturité pénalisent aussi sur la couleur des rosés de Provence. « On observe beaucoup de nuances jaunes cette année » explique Arnaud Morand, œnologue-conseil à l’ICV de Brignolles dans le Var « Il faut impérativement coller les moûts. Je conseille la protéine de pois qui fonctionne très bien pour éliminer les nuances jaunes, à environ 30-40 g/hL ».

Et pour l'azote aussi

Les teneurs en azote assimilable sont disparates selon les régions et les parcelles cette année. En Loire et en Provence, « Nous observons moins 30% par rapport à 2018 » s’inquiètent Jean-Michel Monnier et Arnaud Morand, oenologues. Dans le Languedoc « Certaines parcelles, habituellement carencées, atteignent 250 mg/L. D’autres sont entre 70 et 140 mg/L » constate Fabrice Maubert, oenologue. En Côtes du Rhône, la variabilité est aussi importante. « On constate 100 mg/L sur les grenaches, mais les syrah sont toujours au-dessus avec 150-200 mg/L » explique Nicolas Constantin, œnologue.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé