LE FIL

Trop tôt, trop imprécises ?

L'Agreste répond aux critiques sur ses prévisions de vendanges

Lundi 13 août 2018 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 17/08/2018 12:23:47

« Historiquement, cette première note de prévision porte à la connaissance de tous les acteurs de la filière le niveau potentiel de la production, à un instant t. Ces publications remontent au moins à 1990 » rapporte l’Agreste.« Historiquement, cette première note de prévision porte à la connaissance de tous les acteurs de la filière le niveau potentiel de la production, à un instant t. Ces publications remontent au moins à 1990 » rapporte l’Agreste. - crédit photo : Création Vitisphere (Ministère de l'Agriculture)
Les services de la statistique du ministère de l’Agriculture publient chaque été les premières estimations de récolte du vignoble français. Et essuient des récriminations, malgré des pronostics performants expliquent ces services.

Ce 20 juillet, l’Agreste publiait les premières estimations de la vendange 2018 en France. Alors que les dégâts du mildiou printanier ne sont pas connus avec précision, que la véraison est encore en cours dans de nombreux vignobles et qu’un aléa climatique peut inverser la tendance dans un sens ou l’autre, « quel est l’intérêt de lancer des chiffres à cette époque ? Stabiliser ou diminuer les prix ? Et maintenant que les importateurs s’amusent… » commente Greg sur Vitisphere, résumant les critiques qui ciblent chaque année la note du service agricole des statistiques.
Sollicitées par Vitisphere, les équipes de l’Agreste répondent à ces reproches.

A LIRE AUSSI

Surfaces AOP, volumes IGP, rendements VSIG...
Tout, vous saurez tout sur la production de vins français 2017
Prédiction de production
La France récolterait 46,8 millions hl de vin en 2018

À commencer par l’explication de la date de ce premier rapport. « Jusqu'en 2014, la première prévision* était établie au 1er juillet sur la base de données de fin juin. Cette première prévision faisait suite aux éléments de floraison et de nouaison. Comme les résultats de la floraison (nouaison) n'étaient pas connus dans certaines régions à floraison tardive (Val de Loire, Charentes), la première prévision a été décalée vers le 20 juillet, sur la base des données recueillies à la mi-juillet » précise l’Agreste.

"3 % d’écart en moyenne"

Quant à la précision de ces premières estimations, les équipes ministérielles ont calculé que « la moyenne des écarts entre la première prévision et les résultats définitifs de récolte est égale à 3 % (moyenne sur les 18 dernières années de prévision). Les prévisions suivantes ne permettent qu'un faible gain de précision. En 2017, l'écart entre la première prévision et le résultat définitif de récolte n'avait été que de +2,1 %. Il était de - 1 % en 2014. De - 2, 8 % en 2015. De - 3 % en 2016. »

Reste au vignoble français d’intégrer cette précision des prévisions de l’Agreste. Pour l’instant, ses représentants prennent les choses avec humour. Comme nous le confiait récemment Bernard Farges, le président du syndicat viticole des Bordeaux et Bordeaux Supérieur : « on arrive parfois à évaluer une récolte avant les déclarations, parce que l’on ne peut pas se tromper tout le temps »

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé