Accueil / Commerce/Gestion / Les Vignerons Ardéchois s’essaient aux bulles
Les Vignerons Ardéchois s’essaient aux bulles
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Nouveaux instants de consommation
Les Vignerons Ardéchois s’essaient aux bulles

La cave coopérative de Ruoms tente une incursion dans le monde des vins perlants avec une déclinaison de sa cuvée caviste pour toucher de nouveaux consommateurs.
Par Alexandre Abellan Le 19 février 2018
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les Vignerons Ardéchois s’essaient aux bulles
Avec 6 600 hectares, les Vignerons Ardéchois représentent 85 % de la production départementale. Sur 60 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017, seuls 20 % étaient réalisés à l’export. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
«

 À la base, nous ne sommes pas des faiseurs de bulles » reconnaît Philippe Dry, le directeur général de l’Union des Vignerons des Côtes de l’Ardèche (Vignerons Ardéchois). Ce qui ne l’empêche pas de présenter fièrement sur son stand à Vinisud sa première gamme de vins effervescents : la déclinaison en bulles de la marque Orélie, en trois couleurs et en vins de France*. Après de premiers essais en 2016 pour trouver les bons profils produits, la récolte 2017 a conduit à la production de 120 hectolitres selon la méthode de Charmat (la seconde fermentation étant réalisée en cuve close). Avec une pression finale de 2,5 bars, le vin est plus perlant qu’effervescent précise Philippe Dry.

Selon le directeur des Vignerons Ardéchois, la bulle permettra d’ouvrir la gamme à de nouveaux instants de dégustation, élargissant mécaniquement la cible des consommateurs. Des recettes de cocktails vont ainsi être développées pour ouvrir de nouveaux modes de consommations des vins de la gamme Orélie. De premiers essais sont d’ailleurs proposés à la dégustation durant le salon Vinisud.

15 000 cols produits

Lancée il y a une vingtaine d’années pour le réseau traditionnel, la gamme Orélie est actuellement distribuée par un millier de cavistes. Ces premières bulles ont une valeur de test, avec 15 000 cols produits en 2017 et commercialisés courant 2018. Alors que l’ensemble de la gamme Orélie représente un million de cols vendus annuellement. Si les vins tranquilles Orélie sont vendus 5 à 6 euros la bouteille, les bulles visent 7 à 8 €/col.

À noter que pour le vin effervescent blanc, les cépages sont le sauvignon blanc et chardonnay. Pour les pétillants rosés et rouges, il s’agit de gamay et de syrah.

 

* : L’UVICA n’a pas demandé l’IGP Ardèche, car son cahier des charges impose un temps de repos en bouteille qui est incompatible avec la volonté d’une commercialisation rapide, pour une consommation dans l’année.

Spécialisation du vignoble

L’exercice de production d’un pétillant permet également d’accroître la sélection au vignoble. « On peut segmenter les approvisionnements. En orientant les parcelles les plus jeunes, précoces et productives vers les vins effervescents. Ce qui permet de faire gagner en qualité l’ensemble de la production » souligne Philippe Dry. Qui se souvient avoir connu le développement des vins effervescents lorsqu’il dirigeait la cave alsacienne de Ribeauvillé au milieu des années 2000.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé