LE FIL

États Généraux de l’Alimentation

Pas de plan de la filière vin sans mise au point présidentielle ?

Mardi 12 décembre 2017 par Alexandre Abellan

Ce vendredi, Emmanuel Macron trouvera-t-il le plan de la filière vin sur son bureau ?
Ce vendredi, Emmanuel Macron trouvera-t-il le plan de la filière vin sur son bureau ? - crédit photo : Présidence de la République
Quitte ou double pour les représentants du vignoble et du négoce, qui ont sommé le chef de l’État et son gouvernement de clarifier la place du vin dans la société française avant d'en recevoir la stratégie de développement.

Ce 15 décembre, l’Élysée attend les plans de filière demandés en urgence au monde agricole français, à l'occasion du lancement des États Généraux de l’Alimentation. La feuille de route de la filière vin manquera-t-elle à l’appel ? La menace existe, et, comble de l’impertinence, ce risque ne serait pas dû à un retard de rédaction collégiale*, mais à une volonté de clarification politique.

Lors de la réunion de compte rendu du 5 décembre au sein du Comité National des Interprofessions de Vins (CNIV), les professionnels se sont globalement positionnés pour que le plan de filière ne soit rendu que lorsque le gouvernement se sera positionné sur la place du vin dans la société française. Une lettre a été envoyée en ce sens à l’Élysée et rue de Varenne, ses signataires ayant dans le collimateur le plan 2018-2022 du ministère de la Santé, qui souhaite rendre anormale la consommation d’alcool. Sans oublier le souvenir vif de la campagne de l’Institut National Contre le Cancer, qui visait le vin en pleines vendanges et Foires Aux Vins.
 

"Stigmatisation"

Ne se présentant pas comme un bras de fer, mais comme une demande de clarification, la proposition est donc claire : « le plan de filière ne sera pas rendu tant que le président de la République et le ministre de l’Agriculture n’auront pas donné d’engagements à la filière » affirme sans fard Jean-Bernard de Larquier, coprésident du CNIV et co-animateur du groupe de travail sur le partage de la valeur (voir encadré). « On ne peut pas déposer de stratégie tant que la plus autorité ne s’est pas exprimée sur la stigmatisation dont la filière viticole fait l’objet au ministère de la santé. On attend un signal avant ce 15 décembre » pondère avec optimisme Jérôme Despey, le président du Conseil Vin de FranceAgriMer.

Alors que sa demande de rencontrer la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, est restée lettre morte sur le bureau du ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, la filière espère des avancées d’ici le 15 décembre. Estimant être dans son bon droit avec ce rapport de force. « Il est difficile d'imaginer que le vin, dont la consommation serait considérée anormale, doive dans le même temps donner un plan de stratégie nationale » résume Bernard Farges, le président de la Confédération National des Vins et Spiritueux d'appellation (CNAOC).

 

* : Bien avancé, le plan de filière vin profite d’un report de la date de dépôt de tous les dossiers, du 10 au 15 décembre.

Quatre axes et dix présidents

Faisant suite à la stratégie de filière de 2014, le plan de la filière vin serait composé de quatre axes plus ambitieux :

- La création et le partage de la valeur, dans un groupe de travail animé par Stéphane Héraud (Assemblée Générale des Producteurs de Vin) et Jean-Bernard de Larquier (trésorier du Comité Pineau des Charentes).

- L’export est suivi par Georges Haushalter (ancien président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux) et Thomas Montagne (président des Vignerons Indépendants de France).

- La résilience des entreprises aux crises économiques et climatiques est co-animée par Didier Peterman (le président du Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace) et Jérôme Volle (vice-président de la FNSEA).

- La Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises est suivie par Michel Carrére (vice-président de l’Interprofession Vins du Sud-Ouest) et Bernard Farges (président de la CNAOC).

La synthèse est portée par Jérôme Despey (président du conseil vin FranceAgriMer) et Jean-Marie Barillère (président du CNIV).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé