LE FIL

Député normand

Stéphane Travert, un nouveau ministre agricole, encore peu viticole

Jeudi 22 juin 2017 par Alexandre Abellan

Annoncée hier à 17 heures, la passation de pouvoir entre Jacques Mézard (à droite) et Stéphane Travert (à gauche) s'est faite ce matin à 9 heures.
Annoncée hier à 17 heures, la passation de pouvoir entre Jacques Mézard (à droite) et Stéphane Travert (à gauche) s'est faite ce matin à 9 heures. - crédit photo : Ministère de l'Agriculture
Remaniement ministériel oblige, le membre de la République en Marche est nommé rue de Varenne. Comme son bref prédécesseur, ses liens avec le monde viticole sont encore à tisser.

Député de la Manche, Stéphane Travert vient de devenir le deuxième ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation du gouvernement du maire du Havre, Édouard Philippe. Parmi les premiers parlementaires du Parti Socialiste à avoir rallié la candidature à la présidentielle d’Emmanuel Macron, il vient d'être réélu à la députation lors des dernières législatives (son premier mandat datant de 2012). Rue de Varenne, Stéphane Travert a succédé à l'éphémère Jacques Mézard, qui aura juste eu le temps de visiter Vinexpo après sa nomination*, il y a un mois.

Remettre l'ouvrage sur le métier

La filière viticole doit donc repartir au contact du nouveau ministre de l'Agriculture, qui ne semble pas plus sensibilisé que son prédécesseur à la filière viticole. Le député normand ayant plus suivi les crises laitières et porcines que les besoins du vignoble. À l'heure des généralités de la prise de fonction, il confiait à La Manche Libre vouloir "être le ministre qui accompagne un modèle agricole qui investit et je veux faire en sorte que les différents modèles agricoles cohabitent entre eux".

Les espoirs d'une partie de la filière viticole de voir ministre de l'agriculture Audrey Bourolleau (ex-directrice de Vin et Société, actuelle conseillère agricole du président Emmanuel Macron) ont été douchés. Bien que persistent les espoirs de sa nomination lors d'un prochain remaniement, peut-être le temps que la levée de boucliers de l'ANPAA à son égard soit oubliée.

 

* : À noter que juste avant l'annonce du remaniement ministériel, le sénateur du Cantal aura juste eu le temps de présenter en guise de testament ministériel un "calendrier de paiements pour mettre fin aux retards de paiements de la PAC accumulés depuis 2015". Il a également annoncé la tenue d'Assises de l'Agriculture dès sa nomination.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé