LE FIL

Transferts de plantations

Les Jeunes Agriculteurs créent le concours des vignerons "vautours" de Cognac

Lundi 18 juillet 2016 par Alexandre Abellan

Face aux transferts de plantation depuis d'autres bassins de production, les Jeunes Agriculteurs dénoncent le risque d'un « Cognac de nulle part ».
Face aux transferts de plantation depuis d'autres bassins de production, les Jeunes Agriculteurs dénoncent le risque d'un « Cognac de nulle part ». - crédit photo : JA17
Avec le transfert annoncé de 200 hectares de plantation depuis d’autres vignobles, les esprits s’échauffent dans le vignoble charentais, où la contre-attaque se fait aussi cinglante que grinçante.

Prenant le parti de la dérision rieuse pour les uns, de la dénonciation odieuse pour les autres, les Jeunes Agriculteurs de Charente et Charente-Maritime ont dévoilé ce 11 juillet à Segonzac les trois trophées de leur Concours Général des Vautours du Cognaçais. « Vautour d'or, d’argent, ou de bronze ? Si vous êtes un opportuniste, vous aurez peut-être la chance d'être couronné » annonçait l’évènement, primant les exploitants ayant opté pour l'achat d'autorisations de plantation dans d’autres vignobles pour les transférer sur l’AOC Cognac.

Au final, seuls les noms de deux vignerons ont été dévoilés, pour avoir transféré respectivement 11 et 6 hectares rapporte la Charente Libre. Le troisième vigneron, le « vautour de bronze » n’a finalement pas été nommé, ayant annulé « à la dernière minute » sa transaction face à l’annonce de ce prix.

Mise sous pression

Dénonçant des pillards de l’AOC Cognac depuis le printemps, les JA17 ont déjà marqué les esprits charentais avec des panneaux « à vendre droits plantation Muscadet ». Tant que les transferts se poursuivront, ils annoncent d’autres remises de trophées. « Les JA demandent aux viticulteurs de ne pas se laisser tenter par ses actes opportunistes et individualistes. Ou bien ils en assumeront les conséquences » menace depuis la tribune Marc Spanjers, le président des Jeunes Agriculteurs de Charente. « Mais surtout, nous lançons un appel à la famille du négoce à s’engager officiellement et publiquement à refuser ces volumes qui viennent d’ailleurs » conclut-il.

Une demande qui résonne avec celle de l’Union Générale des Viticulteurs de Cognac (UGVC), dont le président, Stéphane Roy confiait à Vitisphere que « tant que l’ensemble des opérateurs n’aura pas pris de position sur les transferts de surface depuis d’autres bassins, la viticulture refuse de prendre un engagement sur les contingents ». Réuni ce 13 juillet, le conseil spécialisé de FranceAgriMer a d’ailleurs validé une demande du Conseil de Bassin charentais : que les vignes issues de transfert ne soient pas éligibles aux aides à la restructuration.

Actuellement, la DRAAF estime que 200 hectares de vigne à planter auraient été transférés d'autres bassins viticoles vers Cognac. Le Business Plan de l'interprofession charentaise n'envisage pas de plantations avant sa révision, en 2017 (cliquer ici pour en savoir plus).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé