Accueil / / Vinifications bio : la France prend position sur la révision de la réglementation 2015

Faute de substitution, la sortie de l'acide métatartrique serait une impasse pour les vignerons...
Vinifications bio : la France prend position sur la révision de la réglementation 2015

Par Alexandre Abellan Le 04 décembre 2014
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Vinifications bio : la France prend position sur la révision de la réglementation 2015
V

otée le 4 décembre par la Commission Nationale de l'Agriculture Biologique, la feuille de route française pour la réforme européenne du cahier des charges des vinifications bio a été arrêtée il y a un mois par la Commission Vin de l'Institut National de l'Origine et de la Qualité (INAO). Mais avant d'énumérer les points portés par la France lors d'une conférence Vinitech, Stéphane Becquet (Syndicat des Vignerons Bio d'Aquitaine) soulignait que les vignerons bio (du moins ceux sondés en Aquitaine et en Languedoc-Roussillon) « sont pour la plupart sans opinion sur la majorité des produits et techniques... Si ce n'est sur l'acide métatartrique, entre ceux qui ont des mises sur le marché tôt (et non pas d'autre solution technique) et ceux qui les ont plus tard (et ne voient pas l'intérêt de cette solution). » Sur le point de la stabilisation tartrique, la France ne portera pas de dossier pour défendre l'électrodialyse, préférant attendre les résultats de recherche sur la gomme de cellulose. L'acide métatartrique sera en revanche défendu, « sa sortie serait une impasse » résume Stéphane Becquet. Un avis confirmé par Valérie Pladeau (SudVinBio), « faute de substitution, il faut le conserver ».

En ce qui concerne les trois volets remis en débat par l'Union Européenne, la France soutient les recours à l'osmose inverse, au traitement thermique à 75°C et aux Moûts Concentrés Rectifiés obtenus par résines échangeuses d'ions. La redéfinition des enzymes pectolytiques est également une demande de la filière française (pour améliorer les rendements en jus), la Commission Européenne étant à cheval sur son interdiction d'enzymes d'extraction (seules l'activité de clarification est actuellement autorisée en vinification bio). A noter la probable adoption du dossier de demande d'inscription des chitosanes aux molécules de collage (le dossier des chitines-glucanes serait en revanche rejeté).

 

 

[Illustration : Vitisphere]

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé