Accueil / Viticulture / Ce que le nouveau référentiel HVE change en viticulture
Ce que le nouveau référentiel HVE change en viticulture
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Itinéraire technique
Ce que le nouveau référentiel HVE change en viticulture

Pour obtenir la certification en 2023 ou rester HVE en 2025, de nombreux vignerons vont devoir revoir leur façon de fertiliser et de désherber. Le point avec le directeur du pôle bio et transition agricole de la Chambre d’agriculture de Gironde, qui revient également sur le volet biodiversité.
Par Marion Bazireau Le 24 novembre 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Ce que le nouveau référentiel HVE change en viticulture
Pour obtenir des points en fertilisation, les vignerons sont encouragés à semer des couverts végétaux. - crédit photo : Vinopole Bordeaux Aquitaine
L

es viticulteurs doivent rapidement se pencher sur le nouveau référentiel HVE et son plan de contrôle pour rester dans les clous lors de la campagne 2024 et ne pas perdre leur certification en 2025. Les candidats à une première certification sont concernés dès cette saison.

Parmi les potentiels items bloquants, le directeur du pôle bio et transition agricole de la Chambre d’agriculture de Gironde, pense d’abord à la fertilisation. « En bilan apparent, nous avions jusqu’à présent tous les points en dessous de 60 unités d’azote par hectare. Désormais, nous commencerons seulement à en obtenir en dessous de 50 » détaille Yann Montmartin.

Un vrai défi, notamment sur les sols pauvres, où les vignerons ne peuvent faire l’impasse sur amendements organiques. « Le seuil a été placé trop bas par rapport aux enjeux environnementaux. Il aurait été plus pertinent de le relever et d’augmenter le nombre de paliers permettant de cumuler des points ».

Les exploitations pourront se rattraper lors du calcul de la part de l'azote organique sur l'azote total apporté sur la SAU et sur la mise en place de couverts de légumineuses sur l’inter-rang. « Elles ne suffiront pas toujours à compenser le bilan azote mais ces mesures ont le mérite d’encourager les bonnes pratiques, telles que la mise en place de couverts de végétaux » juge le technicien.

Sur les « indices de fréquences de traitement » (IFT), comparés au référentiel du bassin viticole, Yann Montmartin craint essentiellement des difficultés pour la partie herbicide. « Avant nous obtenions des points en dessous d’1,46. Désormais ce sera 0,6, l’équivalent d’une demi-dose par an et par hectare, impossible à tenir ».

En pratique, Yann Montmartin explique que les vignerons qui ne désherbent pas obtiendront 5 points et les autres n’en auront aucun.

Tout ou rien

« Ce sera tout ou rien. Certes il faut tendre vers le zéro herbicide, mais cette référence n’est pas représentative de la réalité. Et elle ne récompense pas ceux qui ont drastiquement réduit le désherbage chimique pour passer au mécanique ».

A Bordeaux, la Chambre d’agriculture a suivi l’IFT d’une majorité de ses certifiés HVE sur 4 millésimes. « Ils sont en moyenne à 1,05, sachant que 25% ne désherbent pas » illustre Yann Montmartin.

Côté biodiversité, le nouveau référentiel valorise le pourcentage de la surface de l'exploitation en infrastructures agroécologiques (IAE) mais prend moins en compte la diversité des paysages.

Yann Montmartin comprend l’intérêt de la mesure en grandes cultures, beaucoup moins en vigne. « Dans l’ancien texte, 100 mètres de haie équivalaient à 1 hectare d’IAE. Dans le nouveau, ils ne vaudront plus que 0,2 ha, et 100 mètres de lisière de bois compteront seulement pour 0,1 ha. En vigne, nous devrions réussir à obtenir les points sur cet item mais pour cela nous allons nous retrouver à compter toutes les petites bandes tampon. Cela va demander un gros travail administratif » prévient-il.

La Chambre d’agriculture de Gironde n’aura pas les moyens de passer chez ses 600 certifiés mais compte démultiplier les formations collectives dès ce début d’année. « Ils doivent savoir ce qui les attend techniquement suffisamment en avance et pouvoir consulter leurs clients pour faire le choix de continuer ou pas la HVE ».

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (6)
Vigneron Le 29 novembre 2022 à 15:56:40
Au fond ils ont raison d'être plus strict. Mauvaise communication de la part des syndicats pour que tout les agriculteurs aient un label agroécologique, et faire plaisir à Bruxelles, çà ne passe plus! Les autres labels devraient en faire autant, à quand le Bio sans aucune chimie ?
Signaler ce contenu comme inapproprié
La rédaction Le 25 novembre 2022 à 10:52:24
Bonjour ro, les commentaires publiés sur Vitisphere sont modérés pour permettre un débat serein et respectueux des personnes et des idées, dans ce cadre il ne peut y avoir de censure se basant sur d'autres éléments. Si un commentaire vous semble inapproprié, un outil de signalement est disponible. Bonne journée
Signaler ce contenu comme inapproprié
ro Le 25 novembre 2022 à 10:24:46
A ce niveau là (= zéro) de réflexion, se taire est aussi une bonne idée ! Mieux vaut retourner (en vélo bien sûr) dans sa grotte à l'âge de pierre et continuer de nier progrès et réalité...Après un article intéressant, Vitisphère devrait éviter de publier ces commentaires ridicules. Car le risque de cette accélération (essentiellement politique, comme vous l'expliquez dans un autre article), c'est de décourager les démarches des producteurs, et de ralentir voire stopper l'entrée de nouvelles personnes dans des démarches environnementales. Ces évolutions démesurées dans le contexte actuel vont mettre un coup d'arrêt. Pourtant l'intérêt à long terme est que de plus en plus de personnes fassent des efforts et intègrent les démarches environnementales, quelles qu'elles soient, qui sont toutes bénéfiques. Quand on voit les réductions d'achat et d'emploi de phytos en 2-3 ans, on peut espérer un résultat probant sur le moyen-long terme, donc positif pour tout le monde et pour la planète. A condition de ne pas enrayer la dynamique.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Moi-même Le 25 novembre 2022 à 07:16:43
Moi je fait du hve pour l environnement pas pour les bobo mais vu que l on confond hve et bio moi j arrête en 2023 .
Signaler ce contenu comme inapproprié
Olivier Le 24 novembre 2022 à 19:41:20
Se déplacer en vélo est une bonne idée... Continuer à nous intoxiquer avec les pesticides n'en est pas une!
Signaler ce contenu comme inapproprié
Alan. Fr Le 24 novembre 2022 à 16:12:48
Il faudrait déjà que les certificateurs se déplacent en vélo d'une ferme à l'autre, ça aurait le mérite de leur initier les bonnes pratiques environnementales avant de donner des leçons à ceux qui travaillent la terre depuis plus de 2000 ans
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé