Accueil / Oenologie / 73,7°.alc, Cognac augmente le titre alcoolique de sortie d’alambic à cause du changement climatique
73,7°.alc, Cognac augmente le titre alcoolique de sortie d’alambic à cause du changement climatique
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

+1,3°.alc
73,7°.alc, Cognac augmente le titre alcoolique de sortie d’alambic à cause du changement climatique

L’eau-de-vie charentaise modifie son cahier des charges, sécurisant notamment la réserve climatique, et son plan de contrôle, avec la conservation d’échantillons des dernières bonnes chauffes.
Par Alexandre Abellan Le 18 novembre 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
73,7°.alc, Cognac augmente le titre alcoolique de sortie d’alambic à cause du changement climatique
La campagne de distillation charentaise se finit au plus tard le 31 mars de l'année suivant la vendange. - crédit photo : BNIC (Aurélien Terrade)
H

ausse des degrés, thermiques et alcooliques. Pour l’appellation Cognac, le Titre Alcoométrique Volumique (TAV) maximal des eaux-de-vie issues de la deuxième distillation passe de 72,4 à 72,7°.alc à 20°C. « Cette augmentation vise à s’adapter aux conséquences du changement climatique, plus précisément à l’augmentation du degré moyen des vins lors de leur mise en chaudière » explique à Vitisphere le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC), ajoutant qu’« une étude du pôle Technique et Développement Durable du BNIC (Station viticole) a démontré qu’il était nécessaire d’augmenter le TAV maximum des eaux-de-vie en sortie d’alambic pour conserver la qualité de ces dernières ».

Validé par l’arrêté du 10 octobre dernier, le nouveau cahier des charges de l’AOC Cognac sécurise également les pratiques de la réserve climatique en les intégrant. Comme l’indique le BNIC, il s’agit de formaliser les principes déjà appliqués : « les quantités mises en réserve climatique ne peuvent être mises en vieillissement ; les volumes destinés à la réserve climatique peuvent être cumulés sur plusieurs années ; les volumes cumulés de la réserve climatique sont limités à 10hl d’AP/ha, calculés par dénomination géographique complémentaire ». L’interprofession ajoute que « la déclaration préalable de libération de réserve climatique, à déposer avant le 23 avril de l’année suivant la récolte, est désormais intégrée dans le cahier des charges en tant qu’obligation déclarative ». De même, « le délai maximum de mise en vieillissement (un mois après la fin de la campagne de distillation), qui figurait dans l’arrêté du 27 juillet 2003 relatif au vieillissement des eaux-de-vie de Cognac, a été retranscrit dans le cahier des charges » indique le BNIC.

5 échantillons des 5 dernières bonnes chauffes

Dans une note à ses ressortissant, l’Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) indique que « le plan de contrôle de l’AOC Cognac a également été modifié et approuvé par l’INAO le 24 août 2022. Il s’applique donc immédiatement à l’ensemble des opérateurs.  Parmi les modifications à noter, les modalités de contrôles liées au TAV des eaux-de-vie et les sanctions qui y sont rattachées évoluent. Dorénavant, tous les distillateurs (bouilleurs de cru et bouilleurs de profession) doivent conserver en permanence 5 échantillons de leurs 5 dernières bonnes chauffes. Ils doivent être conservés jusqu’au 31 juillet. »


 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé