Accueil / Commerce/Gestion / Le Crédit Agricole ne peut plus "ignorer que le vin Bordeaux souffre d’un certain désamour"
Le Crédit Agricole ne peut plus "ignorer que le vin Bordeaux souffre d’un certain désamour"
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

"Malheureusement"
Le Crédit Agricole ne peut plus "ignorer que le vin Bordeaux souffre d’un certain désamour"

Face à la crise de la filière bordelaise, la première banque du vignoble participe au financement d’une chaire de recherche sur les attentes sociétales et bonifie ses prêts aux investissements durables.
Par Alexandre Abellan Le 22 septembre 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le Crédit Agricole ne peut plus
« Le Crédit Agricole Aquitaine est une banque régionale qui vit par et pour son territoire » déroule Patrick Gentié à la tribune ce 20 septembre. - crédit photo : Région Nouvelle-Aquitaine - Sébastien Blanquet-Rivière
L

ancée ce 21 septembre, la chaire "vins, vignobles et attentes sociétales" portée par l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin (ISVV) est portée sur les fonts baptismaux de l’hôtel de région Nouvelle Aquitaine (qui la finance pour moitié, dans le cadre du projet VitiREV : Innovons pour des territoires viticoles respectueux de l'environnement) avec le mécénat de la caisse Crédit Agricole Aquitaine (qui finance l’autre moitié). Une position d’« unique mécène » dont est fier Patrick Gentié, le président caisse Crédit Agricole Aquitaine, qui revendique un investissement en argent, en temps et en expertise face aux multiples défis de la filière. Des challenges qu’il connaît, étant lui-même pépiniériste viticole, avec « la gestion des catastrophes naturelles, nous n’avons pas été épargnés ces dernières années, les adaptations au changement climatique, les transitions écologiques, sans oublier les nécessaires adaptations aux attentes et nouveaux goûts des consommateurs. Malheureusement nous ne pouvons plus ignorer que le vin Bordeaux souffre d’un certain désamour. »

Face à cette crise commerciale, la premier banquier du vignoble (avec une présence annoncée dans 80 % des exploitations régionales) fait appel à « la notion de responsabilité » du Crédit Agricole avec cette participation à la chaire et à d’autres leviers : « il nous appartient d’aider à notre mesure notre territoire [de] faire émerger la viticulture de demain. En termes d’accompagnement de nos agriculteurs et viticulteurs dans les transitions, nous œuvrons déjà activement, grâce à des offres d’investissements à impact, dont les conditions sont bonifiées pour tous les investissements à vocation RSE. Nous pouvons ainsi concéder jusqu’à un quart de nos marges pour encourager ces démarches vertueuses. » Soulignant le poids de la viticulture sur la région, Patrick Gentié souligne que « c’est son passé, son présent et ce sera également son avenir si nous parvenons tous collectivement à impulser les changements nécessaires, à conserver un lien fort avec ses habitants et à reconquérir le cœur des consommateurs ».

Objectiver les attentes

Ces deux enjeux sont justement ciblés par la chaire "vins, vignobles et attentes sociétales", qui n’est pas une chaire classique de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) indique Éric Giraud-Héraud, le porteur de la chaire et directeur scientifique à l’ISVV, annonçant une « recherche partenariale avec la société » et des études sur les consommateurs « plus ambitieuses que ce que l’on fait habituellement », car « objectiver les attentes sociétales : c’est le plus dur ». L’enjeu étant de « rendre crédible les déclarations du consommateur, qui veut beaucoup de chose, mais ne peut pas tout avoir et, à un moment donné, on voit ce qu’il paie. Par l’expérience on va créer des données vérifiables et objectivables » ajoute le chercheur, précisant que la chaire va valoriser les résultats et programmes existants (« on ne part pas de rien »).

 

 

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé