Accueil / Commerce/Gestion / Cheval Blanc sort en primeur avec un prix "donnant de l’argent au négoce, au distributeur et au consommateur"

Stratégie commerciale
Cheval Blanc sort en primeur avec un prix "donnant de l’argent au négoce, au distributeur et au consommateur"

Petite augmentation pour le premier grand cru classé A de Saint-Émilion, qui mise sur un juste prix permettant au négoce et aux acheteurs d’assurer leurs marges et l’attractivité des primeurs.
Par Alexandre Abellan Le 20 mai 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Cheval Blanc sort en primeur avec un prix
Le château Cheval Blanc applique un prix « bien interprété par nos acheteurs » indique Pierre Lurton. - crédit photo : Clos 19 (LVMH)
L

a campagne des primeurs 2021 est lancée : après château Pavie ce mercredi 18 mai (234 € la bouteille prix sortie de propriété, -3 % par rapport au millésime 2020), le château Cheval Blanc sort ce jeudi 19 mai (390 € la bouteille, +3 %). « Les retours sont très bons » note Pierre Lurton, le directeur du château Cheval Blanc (groupe LVMH), qui précise suivre une nouvelle politique commerciale depuis le millésime 20219. « On a laissé plus d’argent au négoce, au distributeur et au consommateur» résume-t-il.

Regagnant en force depuis la crise covid (et ses prix opportunément réduits), le système de prévente du millésime en cours d’élevage permet de nouveau de dégager des profits au bénéfice de la place de Bordeaux, des distributeurs et des consommateurs. Pierre Lurton en veut pour preuve la récente sortie en livrable d’un volume supplémentaire de 2019 (10 % du volume sorti en primeurs), où les prix se sont bonifiés, validant la plus-value d’un achat en primeur. Et confortant donc ce modèle spécifique aux grands crus bordelais.

Partage de valeur

Une stratégie incitative payante pour l’image et la désirabilité de la propriété, mais « il est difficile à dire à des financiers que l’on va donner de l’argent à la distribution » note Pierre Lurton. En témoigne la stratégie du château Latour, premier grand cru classé en 1855 de Pauillac, qui est sorti il y a dix ans des primeurs, dans une logique de captation de la valeur ajoutée entre primeurs et livrables.

D’après l’Union des Grands Crus de Bordeaux (UGCB), « 200 crus de Bordeaux seront proposés dans le cadre de cette campagne », pour un « chiffre d’affaires estimatif dépassant 500 millions d’euros ».

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé