Accueil / Commerce/Gestion / La filière vin en pleine mutation

Tendances ProWein
La filière vin en pleine mutation

Un salon est toujours l’occasion de faire le point sur les nouvelles tendances, a fortiori après une grande coupure forcée. A l’occasion de ProWein, une masterclass a été dédiée aux évolutions marquantes de ces deux dernières années.
Par Sharon Nagel Le 16 mai 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La filière vin en pleine mutation
Stuart Pigott et Paula Sidore ce 15 mai pour l'édition 2022 du salon ProWein à Düsseldorf. - crédit photo : Sharon Nagel
P

remier constat : « Après en avoir pris un grand coup au début de la crise, le secteur vitivinicole a rebondi de manière remarquable », a noté en préambule Stuart Pigott, chroniqueur britannique et co-animateur de la masterclass ce dimanche 15 mai à Düsseldorf. Et de citer le rebond du Champagne, « qui a perdu 18 % en 2020 par rapport à 2019, puis a gagné 32 % en 2021 par rapport à 2020 ». Idem pour les grandes appellations italiennes que sont le Barolo et le Brunello, « qui ont résisté malgré une transition importante au niveau des circuits de distribution ».

Mais cette capacité de résister à la crise s’est accompagnée d’autres évolutions majeures, certaines sociétales, d’autres environnementales, toutes s’inscrivant sur la durée. « Parmi les effets positifs de la crise, les consommateurs ont passé du temps à savourer le vin, les poussant à monter en gamme, comme cela a été le cas avec le Champagne ». A côté des gagnants, il y a eu des perdants : « Les gewurztraminer d’Alsace ont beaucoup souffert », a insisté pour sa part Paula Sidore, co-animatrice de la masterclass et chroniqueuse sur le site JancisRobinson.com. « Pourquoi ? Parce qu’on s’est rendu compte qu’ils étaient très dépendants du tourisme et qu’ils avaient besoin du contact avec leurs consommateurs pour se vendre ».

Etoiles montantes

De manière beaucoup plus généralisée, le changement climatique continue d’impacter le secteur tous azimuts, permettant à certains vignobles de briller. Prenant l’exemple de la Bourgogne, Stuart Pigott a chanté les louanges d’appellations comme les Hautes Côtes de Beaune, dont l’altitude leur permet désormais de sortir de l’ombre et de rivaliser, certes non pas avec les Grands Crus, mais « avec les Villages. Cette appellation a un grand avenir devant elle, de beaux vins sont en train d’émerger, alors que plus bas, les producteurs se heurtent au carcan réglementaire avec très peu de marge de manœuvre. Même de grands noms comme Drouhin, qui ne sont pourtant pas des révolutionnaires, estiment que les pouvoirs publics doivent revoir leur copie ».

Plus au Sud, dans la Vallée du Rhône, des mutations profondes s’opèrent également : « A Châteauneuf-du-Pape, les producteurs considèrent de plus en plus des cépages comme la counoise et le cinsault comme des outils intéressants pour réduire les degrés d’alcool ».

Le 0% gagne du terrain

Là aussi, la crise du Covid a entraîné de nouvelles perceptions, en matière de teneur en alcool dans les vins. « Les rassemblements ont repris et tout le monde n’a pas envie de consommer de l’alcool », estime Paula Sidore, notant une évolution des mentalités, même au sein de la filière. « Il s’agit indéniablement d’une tendance montante et beaucoup de vignerons changent d’avis par rapport aux vins à 0% d’alcool ». Et d’insister sur la nécessité d’éviter la dénomination « non alcoolisé » car, « personne n’a jamais marqué des points en communiquant sur un point négatif », mais plutôt de privilégier le 0%. « Ce n’est pas une tendance éphémère » a martelé pour sa part Stuart Pigott.

« Les nouvelles technologies, comme l’évaporation sous vide, ont rendu possible l’émergence de nouveaux produits qui perdent très peu en arômes ». Les deux vins dégustés lors de la masterclass ont montré qu’au niveau de la texture, des progrès importants ont été réalisés, que le côté sucré pour masquer l’acidité est moins indispensable et qu’il y a une place pour ces produits dans le contexte de nouvelles aspirations lifestyle. « Cette tendance sera durable. Ces produits ne remplacent pas le vin, ils en deviennent l’extension » ont conclu les deux chroniqueurs.

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé