Accueil / Commerce/Gestion / Interdiction d’exporter tout vin et spiritueux à plus de 300 €/col vers la Russie
Interdiction d’exporter tout vin et spiritueux à plus de 300 €/col vers la Russie
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Guerre en Ukraine
Interdiction d’exporter tout vin et spiritueux à plus de 300 €/col vers la Russie

Bordeaux, Bourgogne, Champagne, Cognac… La Commission Européenne détaille l’interdiction d’expédition des "produits de luxe" vers la Russie en rétorsion à l’invasion de l’Ukraine.
Par Alexandre Abellan Le 16 mars 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Interdiction d’exporter tout vin et spiritueux à plus de 300 €/col vers la Russie
« Cette mesure fait passer un message clair : plus d’exportations vers l’élite russe » indique-t-on à Bruxelles. - crédit photo : Commission Européenne (le bâtiment Berlaymont à Bruxelles illuminé aux couleurs de l'Ukraine ce 24 février)
«

 Il est interdit de vendre, de fournir, de transférer ou d'exporter, directement ou indirectement, des produits de luxe listés en annexe, dans la mesure où leur valeur dépasse 300 euros par article, à toute personne physique ou morale, entité ou organisme en Russie ou pour une utilisation en Russie » indique la loi adoptée ce 15 mars par le Conseil Européen, dans le cadre du quatrième paquet de sanctions à l’encontre de la Russie suite à l’invasion de l’Ukraine.

Parmi les 20 catégories de produits listés en annexe du texte de loi, on trouve des chevaux, du caviar, des diamants, des truffes, de la maroquinerie, des instruments de musique, des voitures… Et les vins et spiritueux. Précisant l’annonce de la Commission Européenne du 11 mars dernier, cette liste touche tous les vins et spiritueux dont le prix dépasse 300 € la bouteille : tous les vins tranquilles en bouteille et en vrac (codes douaniers 2204 21 et 2204 29, recouvrant les AOP et IGP), tous les champagnes (2204 10 11) et crémants (2204 10 93), tous les spiritueux de moins de 80°alc (2208 00 00 : incluant cognacs, armagnacs…). Avec ce seuil des 300 €, « nous ne souhaitons pas frapper population russe, mais cible oligarques : l’élite qui soutient le gouvernement et a les ressources nécessaires pour vivre dans le luxe » indique-t-on à la Commission Européenne, qui duplique le système imposé à la Corée du Nord depuis 2019.

Dérogations diplomatiques et individuelles

À noter que l'interdiction « ne s'applique pas aux biens qui sont nécessaires aux fins officielles des missions diplomatiques ou consulaires des États membres ou des pays partenaires en Russie ou des organisations internationales bénéficiant d'immunités conformément au droit international, ni aux biens personnels effets de leur personnel ». L’ensemble des exportations européennes de produits de luxe représentaient 3,5 milliards d’euros en 2021 indique Bruxelles, ajoutant que « le régime de sanction s’applique vraiment aux produits les plus onéreux ».

Pointant officiellement à la quarantième place des destinations de vins français quand sont pris en compte les volumes exportés directement (avec 35 000 hectolitres en 2021, +18 % en un an), la Russie se trouve en réalité à la quinzième place quand sont pris en compte le total des vins français importés (avec 19 800 hl, +22 %) selon les statistiques de Business France (se basant sur les données douanières). Via un réseau de réexportations, le marché russe s’alimente notamment par les pays baltes (notamment la Lettonie et la Lituanie).

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
Fab Le 24 mars 2022 à 20:43:17
de qu'elle droit on nous interdit de vendre notre production!!!, on est un pays libre vous êtes sur? Cette guerre est une guerre de politicien (France,usa, GB en gros) et c'est nous qui trinquons encore et encore! on sait pas tout nous! tout ce qu on voit c'est les augmentation qu'on prends de pleine face .
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé