Accueil / Commerce/Gestion / Interdiction européenne d’exporter des vins et spiritueux de luxe vers la Russie

Guerre en Ukraine
Interdiction européenne d’exporter des vins et spiritueux de luxe vers la Russie

En rétorsion à l’invasion de l’Ukraine, le G7 et la Commission Européenne interdisent l’expédition vers la Russie de "produits de luxe". Une catégorie définie dans la réglementation européenne depuis 2019 et un embargo de la Corée du Nord.
Par Alexandre Abellan Le 12 mars 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Interdiction européenne d’exporter des vins et spiritueux de luxe vers la Russie
« Les entreprises quittent la Russie, les unes après les autres, ne voulant pas que leurs marques soient associées à un régime meurtrier » note la présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen. - crédit photo : Commission Européenne (le bâtiment Berlaymont à Bruxelles illuminé aux couleurs de l'Ukraine ce 24 février)
«

 Кто не рискует, тот не пьёт шампанского » : « il n’y a que ceux qui prennent des risques qui boivent du Champagne » aime dire le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, citant un proverbe russe. Mais tant que la guerre en Ukraine se poursuit, fini le Champagne pour l'homme fort du Kremlin et les oligarques russes. C’est l’esprit des sanctions annoncées ce 11 mars à Berlin par le groupe des sept (le G7, réunissant Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) : « nous veillerons à ce que les élites, les mandataires et les oligarques qui soutiennent la guerre du président Poutine soient privés de leur accès aux biens et actifs de luxe. Les élites qui soutiennent la machine de guerre de Poutine ne devraient plus être en mesure de récolter les bénéfices de ce système, gaspillant les ressources du peuple russe. »

Comme le précise la présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen, « nous interdirons l'exportation de tout produit de luxe de l'Union Européenne de nos pays vers la Russie, comme un coup direct à l'élite russe. Ceux qui soutiennent la machine de guerre de Poutine ne devraient plus pouvoir profiter de leur train de vie somptueux alors que des bombes tombent sur des innocents en Ukraine. » Cette annonce s’intègre dans une quatrième vague de sanctions depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ce 24 février, « pour isoler davantage la Russie et assécher les ressources qu'elle utilise pour financer cette guerre barbare » ajoute la présidente de la Commission (qui annonce également le versement de 300 millions d’euros d’aides à l’Ukraine).

Cadre réglementaire

Hautement symbolique, cette mesure d’embargo reste encore floue ce 12 mars dans sa mise en pratique. En Europe, le concept de « biens de luxe » évolue selon les pays sanctionnés (et les échanges enregistrés par le passé). Pour l'embargo vers la Syrie de 2012, l'interdiction d'exportation vise globalement les vins et spiritueux vendus plus de 50 euros le litre (soit 37,50 € la bouteille de 75 cL). Pour la Corée du Nord en 2019, l’annexe VIII du règlement communautaire 2017/1509 (pris suite à une décision du conseil de sécurité des Nations Unies datant de 2006), ce sont 300 classes douanières qui sont concernées, allant du caviar à la maroquinerie, en passant par les cosmétiques, les chevaux de race, les truffes… et les vins. Sont notamment listés les vins de Champagne (code 2204 10 11), vins IGP (2204 10 94), les crémants (2204 10 93)...

Le cadre spécifique appliqué au marché russe devrait être fixé prochainement par la Commission Européenne en termes de modalités d'embargo [ajout du 16 mars : le détail est disponible ici]. Des vins d'appellation aux cognacs, la majorité des expéditions françaises de vins et spiritueux vers la Russie est déjà suspendue dans les faits. Entre mouvement de rejet de l’invasion de l’Ukraine et constat de l’insécurité des transactions (des assurances-crédits à la dévaluation du rouble), il y a un embargo de facto sur l’alimentation en vins et spiritueux français du marché russe.

Quinzième marché export

Pointant officiellement à la quarantième place des exportations de vins français en volume (avec 35 000 hectolitres en 2021, +18 % en un an), la Russie se trouve en réalité à la quinzième place quand sont pris en compte les importations russes de vins français (avec 198 00 hl, +22 %) selon les statistiques de Business France (se basant sur les données douanières). Via un réseau de réexportations, le marché russe s’alimente notamment par les pays baltes (notamment la Lettonie et la Lituanie).

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (6)
Lutin 75 Le 06 avril 2022 à 10:11:44
Et les abrutis qui ne sont bons qu'à payer qui votent et Macron et l'Europe , sachant que la France devient une simple province européenne. Mais bon es ce vraiment une bonne idée que de faire devenir des nains des geants... Supprimez-vous tout et payez ... Vous n'étes bons qu'à cela . belle journée
Signaler ce contenu comme inapproprié
bourvil Le 12 mars 2022 à 15:20:03
Versailles en était l'image forte,la présidence française de l'U E embourber, suranné, mille fois ridicule, de l'intelligence et non les biceps serait recommander,encore faut il en avoir....... Triste spectacle, toujours les mêmes victimes!!!!.
Signaler ce contenu comme inapproprié
La rédaction Le 12 mars 2022 à 14:20:19
Bonjour @Van Ottenberg Les sources des déclarations du G7 et de la Commission sont en lien dans l?article, ainsi que les documents sur les précédentes sanctions (Syrie et Corée du Nord). La liste des produits sanctionnés spécifiquement vers le marché russe doit être prochainement diffusée par la Commission Européenne. Bonne journée
Signaler ce contenu comme inapproprié
Bertrandbespoke Le 12 mars 2022 à 11:26:39
Nothing you can?t buy in London
Signaler ce contenu comme inapproprié
Van ottenberg Le 12 mars 2022 à 11:18:04
Quelles sont vos sources svp?
Signaler ce contenu comme inapproprié
Olivier11 Le 12 mars 2022 à 09:22:29
Encore des règlements qui vont toucher pratiquement que la France, les produits de luxe et surtout encore une fois nos vins, pour ne siter qu'eux mais nous avons bien d'autres des produits. On se tire une balle dans le pied en croyant que ça va bloquer la Russie. Quelle rigolade nos chez amis eux ne seront pas touchés, et comme d'habitude nos producteurs qui ont déjà à faire avec la crise du Covid, la montée des prix du carburants et des intrants vont encore payer un lourd tribu. Nos responsables sont devenus des irresponsables ? A bien des égards on peut le croire.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé