Accueil / Gens du vin / Tout ce que Bernard Magrez a dit du Bordeaux bashing
Tout ce que Bernard Magrez a dit du Bordeaux bashing
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

2021 dans le rétroviseur
Tout ce que Bernard Magrez a dit du Bordeaux bashing

Ayant défrayé la chronique bordelaise après un article paru ce 18 janvier 2021 sur Vitisphere, le propriétaire aux 42 domaines dans le monde en a remis en cause les propos rapportés. Voici des extraits complémentaires tenus par Bernard Magrez lors d'un évènement public le 14 janvier au château Le Sartre.
Par Alexandre Abellan Le 20 décembre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Tout ce que Bernard Magrez a dit du Bordeaux bashing
« Je n’ai pas la prétention de dire la vérité, mais ce que je pense » indique Bernard Magrez ce 14 janvier 2021 au château Le Sartre. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
«

 La stratégie d’aujourd’hui, c’est donc quatre grands crus classés, j’ai par conséquent des vignobles en Languedoc, en Roussillon et en Côtes-du-Rhône et autres, qui vont être les remplaçants des vins de Bordeaux. Parce que Bordeaux souffre, qu’on le veuille ou non. Le Bordeaux bashing, ce n’est pas des chansons, c’est la vérité. Bordeaux n’a pas renouvelé sa gamme et les gens aiment l’innovation. Pourquoi ? Tout simplement parce que consciemment ou inconsciemment, on aime avoir des émotions. »

[…]

« Les amateurs de vins aiment découvrir des nouveaux produits. Je le vois avec mes collaborateurs dans le monde qui envoient au groupe tous les lundis leur rapport, qu’est-ce qu’on entend dire par les Chinois ou les Brésiliens : Bordeaux, ça n’a pas bougé. Bordeaux c’est le premier vin, le deuxième vin, Bordeaux c’est des marques qui n’avancent pas. Tandis que l’on a mille concurrents qui sont très costauds au niveau qualitatif, au niveau de prix, donc au niveau célébrité. Parce que les gens ne boivent pas deux fois. Quand ils achètent une bouteille, ils n’achètent pas une bouteille de Bordeaux et une bouteille du Chili, ou d’Argentine ou du Côtes-du-Rhône. Une entreprise, c’est cette main qui de consommatrice qui va prendre une bouteille et la mettre dans son caddie ou son panier. Et les bouteilles qui restent derrière ou à côté c’est un mauvais avenir pour l’entreprise en question. Il y a ça et un manque certain de dynamisme à Bordeaux. Parce qu’il y a un certain nombre d’entreprises dans la viticulture où c’est la troisième/quatrième génération et que les gens sont usés, ils n’ont plus envie. Ils vivent sur un passé, ils ne rendent même pas compte qu’ils périclitent. C’est mon avis, je ne dis pas que j’ai raison, c’est mon avis. C’est pour ça que nous travaillons ailleurs, dans d’autres pays et d’autres appellations comme les Côtes du Rhône. Grâce à la syrah qui donne cette émotion que recherche le consommateur. La Provence grâce à ce rosé pâle, que ne sait pas faire Bordeaux, qui laisse supposer au consommateur que le degré alcool est peu élevé et qu’il va bien passer parce qu’il n’y a pas de tannins. Aujourd’hui vous avez le blanc et le rosé qui montent et le rouge qui baisse. »

[…]

« Dans le monde entier, 75 % des rosés sont achetés par la forme de la bouteille, en adéquation avec l’étiquette. Le problème, c’est que dans le monde entier, le rosé vous pouvez mettre la bouteille que vous voulez. Mais à Bordeaux, c’est la bouteille de Bordeaux. Donc, on tombe dans la tradition. »

[…]

« C’est un manque de créativité, on pourrait en parler une heure si vous voulez. Mais je ne dis pas que j’ai raison, je constate. Parce que les gens n’ont pas assez faim. Peut-être que je me trompe, il y a un côté un peu génétique. Bordeaux ce n’est pas Lyon. Lyon est en compétition avec Saint-Etienne, avec l’Italie, avec la Suisse. Bordeaux, à l’Ouest il y a l’eau, au Sud il y a deux pays qui ont eu une histoire magnifique sur le plan économique (l’Espagne et le Portugal), au Nord et à l’Est il y a des départements qui sont ce qu’ils sont (j’ai connu Toulouse il y a trente ou quarante ans, c’est Airbus et tout le bordel qui a fait l’image Toulouse). Les gens s’y sont un peu ramollis, sans le savoir. Il y un bien-être. Ici en trois quarts d’heure vous arrivez à la plage. Tout ça, ça compte. Quand dans la vie vous êtes trop entouré, trop dans le velours si l’on peut dire, c’est différent que si c’est quelque chose qui vous gratte la peau et qui oblige à travailler pour l’enlever. »



 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (2)
pg Le 24 décembre 2021 à 18:48:55
On ne peut que lire avec une très grande attention ce que dit Mr Magrez. Ce Monsieur est crédible, lui. Il a prouvé ce dont il était capable. Mais , ça doit faire très mal , lorsque l' on est concerné. Ce que j' en retiens , c' est que les Bordeaux n' ont plus le profil gustatif recherché par la majorité des consommateurs. Que , à force de faire référence à la tradition , on finit par se couper des réalités et que les vins véhiculent une image vieillotte. Que le négoce n'a pas renouvelé ses stratégies commerciales. Etc .... Mais , le plus important serait sans doute d' extrapoler aux autres appellations françaises. Dont , mon IGP, qui , même si elle "frémit", n' en fini pas de s' élancer depuis sa création , il y a 40 ans. Il faut avouer que la "débandade" des Bordeaux nous sert ( d' où le frémissement ? ) ... On examine toujours les appellations qui marchent . Nous devrions plutôt étudier à la loupe , celles qui connurent la grandeur et qui sont aujourd'hui en crise. Je vais me relire une troisième fois ce que dit Mr Magrez, pour en tirer des enseignements sur mon propre système de production. On a toujours intérêt à écouter plus intelligent que soit !
Signaler ce contenu comme inapproprié
Merigot Philippe Le 21 décembre 2021 à 17:16:37
Monsieur Magrez à tout à fait raison, les vins d ailleurs me font rêver, je voyage dans l odorat et les goûts des vins du SUD, sans compter le prix de ceux-ci qui permettent de sacrées Escapades........ Pour ma part les Bordeaux sont surcotés, je parle de ceux qui se disent GRANDS .....il y a beaucoup de propriétés dans le BLAYAIS..l Entre Deux Mers....les Graves et autres qui sont des rapports qualités prix remarquables. A vos verres et bonne FÊTES.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé