Accueil / Politique / Zéro CVO pour InVivo (Vinadeis) à l'interprofession des vins du Languedoc ?

Tensions au CIVL
Zéro CVO pour InVivo (Vinadeis) à l'interprofession des vins du Languedoc ?

Nouveau nuage au dessus du Conseil Interprofessionnel des Vins du Languedoc avec l'attentisme de l'un de ses principaux opérateurs face aux tensions entre négociants et metteurs en marché direct.
Par Alexandre Abellan Le 20 octobre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Zéro CVO pour InVivo (Vinadeis) à l'interprofession des vins du Languedoc ?
Avec son pôle Vinadeis, Cordier by InVivo compterait parmi les trois premiers opérateurs des vins AOC du Languedoc (avec Advini et Grands Chais de France). - crédit photo : Cordier by InVivo
C

e serait un séisme, dont on ne ressent actuellement que de sourdes vibrations. Et une question retentissante dans le vignoble : y-a-t-il une suspension des Cotisations Volontaires Obligatoires (CVO) au Conseil Interprofessionnel des Vins du Languedoc (CIVL) du groupe coopératif Cordier by Invivo (qui possède 57 % de Vinadeis, ex-Val d'Orbieu-Uccoar) dans l’attente d’éclaircissements sur la place interprofessionnelle des metteurs en marché direct (suite à leur éviction du collège du négoce lors de la dernière assemblée générale) ? Réponse diplomate de l’intéressé : « aujourd’hui, on attend de voir si le CIVL a les idées claires [sur les questions de représentativité]. Nous demandons plus de détail et regardons les éléments en tant qu’acteur majeur en termes de litrages dans la zone » indique Philippe Leveau, le directeur général délégué de Cordier by InVivo, qui maintient sur le suspens sur les suspensions.

Faisant beaucoup jaser dans la filière languedocienne, les échos sont contradictoires à proximité du CIVL. On y entend aussi bien des réfutations fermes (pour minimiser la portée des suspensions de CVO et l’ampleur de la contestation) que des affirmations (pour souligner l’ampleur de la crise, qui dépasse les seuls vignerons indépendants pour toucher les syndicats AOC et les groupes coopératifs).

Optimiser cette crise

Tout aussi prudent, Joël Castany, le président de Cordier by InVivo ne souhaite pas s’exprimer sur la suspension effective ou non des CVO. S’il laisse cette question aux opérationnels du groupe coopératif, il souligne souhaiter cette suspension à titre personnel. Il faut rappeler qu’il était trésorier du CIVL à l’époque de l’intégration des metteurs en marché direct dans le collège du négoce : « ce qui a permis de stopper une crise avec le directeur de l’époque, Bernard Devic, et le président des vignerons indépendants, Xavier de Volontat. Nous avions passé [il y a vingt ans] un été à essayer de trouver une solution de compromis pour toutes les parties. » Ajoutant qu’il n’y a pas que des vignerons indépendants dans le collège des metteurs en marché direct, mais aussi des caves coopératives, Joël Castany appelle au « rassemblement des forces vives : personne n’a raison et personne n’a tort*. Il y a besoin d’harmonie pour retrouver la prospérité. Je suis partisan d’optimiser cette crise : en tirer quelque chose de positif, dans le respect des parties et des hommes. »

Dans l’immédiat, les tensions autour du CIVL restent vives. Et ce d’autant plus que l’examen judiciaire de la question est retardé. Prévue ce 4 octobre à la chambre civile du tribunal judiciaire de Narbonne, l’audience étudiant la légalité de l’assemblée générale du CIVL le 2 juillet dernier est renvoyée au 16 décembre. Avec un jugement attendu dans les deux mois qui suivent, et des possibilités d’appel, la place des metteurs en marché direct au sein du collège des négociants du CIVL risque de rester un problème épineux dans le Midi. Seule la question budgétaire des suspensions de CVO pourrait accélérer, dans un sens ou dans l’autre, la résolution de ce conflit interne au CIVL. Des éléments de réponse sont attendus ce jeudi 21 octobre avec la première conférence de presse du nouveau président du CIVL, Christophe Bousquet, et de son conseil d’administration, à Narbonne.

 

 

* : Filant la métaphore sportive, Joël Castany indique que les vins du Languedoc ne sont pas des footballeurs individuels, mais une équipe de rugby : « on ne marque pas seul un but. Il y a des gens qui courent, qui plaquent et qui transforment dans l’équipe du Languedoc et de l’Occitanie. Il faut qu’on parle des vrais sujets. Il y a toujours des contraintes de production supérieures à d’autres régions sur l’enrichissement ou les VCI (Volumes Complémentaires Individuels). Il faut une vraie force de défense de nos intérêts. C’était le but original, nous avons failli dans nos missions, sinon nous n’en serions pas là. »

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé