Accueil / Commerce/Gestion / Les champagnes à l'heure anglaise

English sparkling
Les champagnes à l'heure anglaise

Pays invité du dernier salon Viteff, l'Angleterre était à l'honneur de l'évènement technique à Epernay. L'occasion de montrer que la bulle anglaise, même post-Brexit, séduit de plus en plus les champenois.
Par Laurie Andrès Le 20 octobre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les champagnes à l'heure anglaise
Avec un prix moyen entre 30 à 40 livres sterling la bouteille, avec un foncier abordable, l’Angleterre compte pour des bulles. - crédit photo : Laurie Andrès
C

e mercredi 13 octobre, c’est dans un endroit un peu caché que se passe la dégustation (il suffit de suivre la flèche) pour apercevoir des sparklings tout juste débouchés.

Les effervescents anglais intriguent autant qu’ils irritent l’égo des champenois.

Parmi les invités à exposer la méthode « britannique », Vranken-Pommery et sa cuvée « Louis Pommery England », un mousseux élaboré à partir de raisins provenant principalement du Hampshire, mais aussi d’Essex et du Sussex, terroirs prisés dans la couronne de Londres.

Avec des caractéristiques similaires aux terroirs champenois, (les vignes sont plantées dans des sols calcaires), des cépages qui font partie du triptyque de l’assemblage champenois (chardonnay, pinot noir, meunier) et un réchauffement climatique galopant, les producteurs champenois ont compris que « faire des bulles » sur le premier marché à l’export des champagnes peut être une porte d’entrée économique pérenne.

Un marché en pleine ascension

Si l’on dénombre 700 opérateurs à cultiver la vigne en Angleterre, ils sont en réalité 165 à produire du vin, principalement dans le Sud, comme Taittinger dans le Kent qui y a planté des vignes en 2017 et qui aujourd’hui possède près de 28 hectares sur le site viticole du domaine Evremond.

Pour Vranken Pommery, même si l’export depuis le Brexit semble être perturbé sur certains marchés, par ailleurs la marque commercialise aussi un sparkling californien « Louis Pommery California », l’ascension des effervescents anglais représentent un potentiel de développement économique et surtout un pari pour l’avenir.

« Pinglestone Estate (vignoble de Vranken-Pommery) est propriétaire d’un ensemble de 50 hectares, sur la commune de New Alresford dans le Hampshire, parmi lesquels 32 sont actuellement plantés en vignes (chardonnay, pinot noir, meunier et pinot gris). 8,5 hectares seront également plantés l’année prochaine en 2022. Nous produisons en moyenne à ce jour environ 30.000 bouteilles par an mais une fois l’intégralité du vignoble en production l’objectif est d’en produire environ 300 000 », affirme Pierre-Hubert Crozat, oenologue, en charge des sparklings pour le groupe Vranken-Pommery.

Nyetimber (West Chiltington, Pulborough, West Sussex), un des plus gros producteurs anglais de sparklings, pionnier en 1988, commercialise aujourd’hui près de 500 000 bouteilles.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé