Accueil / Commerce/Gestion / Comment optimiser sa prospection commerciale de ses vins sans se déplacer ?

Digital gagnant
Comment optimiser sa prospection commerciale de ses vins sans se déplacer ?

Trois entreprises du secteur agro-viti ont partagé leur stratégie digitale gagnante mise en oeuvre pendant la pandémie pour conquérir de nouveaux marchés. Voici des idées forces (et utiles) pour vous inspirer.
Par Anne Schoendoerffer Le 08 juin 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Comment optimiser sa prospection commerciale de ses vins sans se déplacer ?
La présence en ligne doit s'appuyer sur des innovations physique souligne Morgane Le Breton. - crédit photo : Capture d'écran
S

avez-vous à quel point les outils numériques peuvent vous aider à optimiser votre prospection ? C'est ce qu'enseigne ce jeudi 3 juin la conférence online, co-organisée par l’association la Mêlée, réseau d’experts du numérique en Occitanie et AD'OCC (l’agence de développement économique de la région Occitanie). Morgane Le Breton, responsable marketing de BLB Vignobles (1 million de cols/an) a profité de la pandémie pour créer des contenus qualitatifs diffusés sur les réseaux sociaux. Pour elle, c’est “un moyen de montrer que l’on existe”. En partageant des vidéos sur leur travail à la cave, à la vigne, “nous créons du contact” pointe-t-elle. Et ces contenus pourront être utilisés par les clients finaux.

Morgane Le Breton conseille de se doter d’un bon téléphone, de se donner du temps et d’être créatif. Parmi ses bonnes idées, l’expérience sensorielle. Elle a créé un kit du domaine avec du parfum à la lavande, une playlist avec le chant des cigales, et des produits “Sud de France”. Morgane Le Breton l’affirme : “avec ce marketing sensoriel, on montre quel type d’expérience, on peut offrir. On n'est pas seulement des vins du Languedoc. On est bien plus que cela”.

Investissement en temps

Stéphane Strobl, dirigeant fondateur de Rue Traversette, une conserverie tendance, basée dans le sud de la France, partage son expérience gagnante des réseaux sociaux. Grâce au temps qui s’est offert à lui lors du premier confinement, il a pris le temps de réfléchir à son identité. Son premier constat : "facebook et instagram se sont généralisés auprès de mes clients”. Alors, il a décidé d’investir ses réseaux en réalisant “comme un travail de psy : qui sommes-nous ? que voulons-nous montrer ? qu’est-ce que veulent nos clients” décrit-il. Au départ, “c’est un travail d’image plus que de recherche de clients”, précise-t-il. Il avoue : "L'accueil des consommateurs a été un peu froid. Il y a eu peu d'échanges". C’était au tout début. Il a persévéré en personnifiant sa marque, avec des vidéos, des textes. “La notion de temps consacré à la prospection digitale, c’est compliquée, mais il ne faut pas la négliger”. Et c‘est rentable, car son entreprise note aujourd’hui une progression à trois chiffres.

Pour Toinon Georget, PDG de Waalaxy, spécialiste du marketing multicanal, le Graal des réseaux sociaux, c’est Linkedin : “c’est le 1er réseau et l’endroit où il faut être” affirme-t-il. Tout d’abord pour la prospection. D’autant plus “dans des milieux (comme la filière vitivinicole, NDLR) où les gens ne l’utilisent pas encore trop, il faut se rendre visible”. Comment ? En partageant ce que vous faites pour devenir l’expert du sujet. Il précise : “Potentiellement, des gens sont plus experts que vous, mais si vous vous rendez visibles, vous êtes l’expert, car plus on vous voit, plus on pense que vous êtes le meilleur.” La bonne pratique est la régularité. C'est le point le plus important. “Il vaut mieux faire un post par mois que 10 posts dans une journée et plus rien pendant un mois”. Son autre conseil : “comme c’est chronophage, il faut s’organiser par exemple, 2 heures par semaine”.

En conclusion, Amandine Raynaud, l’animatrice de cette rappelle la base : “il faut poster le bon message à la bonne personne sur le bon réseau”.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé