Accueil / Commerce/Gestion / Les domaines provençaux externalisent toujours plus l'embouteillage et le stockage des vins rosés

En croissance
Les domaines provençaux externalisent toujours plus l'embouteillage et le stockage des vins rosés

Avec un fort développement en quinze ans, la société Vinéolis témoigne autant de l'accroissement des propriétés varoises que de l'arrivée de nouveaux investisseurs rationnalisant leurs activités.
Par Alexandre Abellan Le 02 juin 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les domaines provençaux externalisent toujours plus l'embouteillage et le stockage des vins rosés
Paul Vandevelde et Benoit Aldias ont fondé en 2007 leur société de prestations « de la vigne au chai ». En 2019, leur activité de vinifications s’est arrêtée pour se concentrer sur les mises. - crédit photo : Vinéolis
A

ccompagnant la croissance commerciale et son afflux d’investisseurs, l’externalisation de l’embouteillage et du stockage est galopante dans le vignoble de Provence. « Nous avons eu la chance de commencer au bon moment, nous grandissons avec les rosés de Provence » résume Benoit Aldias, qui a fondé en 2007 l’entreprise de prestation de services Vinéolis dans le Var (à Brignoles). Démarrant en 2009 avec une chaîne de mise en bouteille mobile et 15 clients pour 700 000 cols traités, la société déploie désormais 6 lignes d’embouteillages (dont une fixe) pour 50 clients et 5 millions de cols conditionnés chaque année.

Pour les clients de Vinéols, « le premier enjeu est celui du manque de place. Beaucoup de domaines grossissent et n’ont pas assez de bâtiments d’exploitation » rapporte Benoit Aldias. Avec l’arrivée d’investisseurs changeant la sociologie des propriétaires viticoles, « les clients demandent de plus en plus gestion de leurs stocks, les expéditions, l’étiquetage… Les investisseurs se rendent compte que cela demande beaucoup de temps à leurs employés, mais ce n’est pas facilement quantifiable, tandis qu’avec nous, c’est un tarif connu » souligne le prestataire.

Manque de personnel

Face à ces nouvelles demandes, Vinéolis construit un nouveau bâtiment de 2 000 m2, dont 1 000 ² pour le stockage de 60 000 cols (pour 100 palettes). L’entrepôt accueillera également une cuverie de 1 200 hectolitres. Ces développements sont destinés à absorber la demande des clients actuels, la société n’ayant pas la capacité d’en accueillir de nouveaux pour Benoît Aldias : « nous manquons de personnel. Nous n’arrivons pas à recruter pour la mise mobile, c'est un gros problème. Nous allons former des salariés pour continuer à bien travailler. » Et s’adapter aux nouvelles demandes des clients.

Comme la réduction de l’oxygène dissous lors des mises, qui implique des investissements de modernisation sur les chaînes d’embouteillage. Mais aussi des demandes plus atypiques.

« De plus en plus de clients nous demandent d’embouteiller les jours fruits. C’est la première opération qui est demandée par ceux passant en biodynamie » témoigne Benoît Aldias, qui note désormais sur son agenda les jours fruits pour anticiper l’afflux de demandes.

Projets infaisables

Autre demande à gérer : les packagings iconoclastes. « Il y a dix ans, nous savions tout faire. Mais désormais, il faut vérifier le type de bouteille, d’étiquette et de carton. Aujourd’hui, des clients ont des projets infaisables, même à la main, proposés par des sociétés de design ne connaissant pas les contraintes du monde du vin » indique l’entrepreneur.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.

VINICONNECT

© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé