Accueil / / Exemple d'optimisme dans l'adversité avec la tonnellerie Baron

Crise covid
Exemple d'optimisme dans l'adversité avec la tonnellerie Baron

Satisfaite de son chiffre d'affaires 2020, la tonnellerie Baron se veut optimiste pour les mois à venir. La suspension des taxes américaines et l'accélération de la vaccination lui font espérer un nouveau départ.
Par Marion Bazireau Le 02 avril 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Exemple d'optimisme dans l'adversité avec la tonnellerie Baron
La pandémie a peu affecté les comptes de l’entreprise de Charente-Maritime. - crédit photo : Tonnellerie Baron
l

« Cette crise a directement affecté notre sérénité et a généré un stress supplémentaire dans la gestion de l’entreprise » reconnait Lionel Kreff, co-dirigeant de la Tonnellerie Baron (Les Gonds, Charente-Maritime).

La pandémie n’a pas trop affecté les comptes de l’entreprise. Elle a bien marqué un recul de 3 % de son chiffre d’affaires en 2020, par rapport à 2019, qui avait été « exceptionnelle ». « Mais, plus que la Covid-19, ce sont les incendies dans les vignobles de la Napa Valley en septembre 2020 qui ont affecté nos ventes aux USA, marché où réalisons un tiers de nos ventes ».

Neutralité carbone

Ailleurs, Lionel Kreff a pu compter sur son solide réseau d’agents commerciaux. « Nous avons rationalisé nos déplacements et pris conscience que certains auraient pu être évités par le passé. Cela aura un impact décisif sr notre ambition d’atteindre la neutralité carbone en 2025 ».

Pour renforcer les liens avec ses salariés, la tonnellerie a planté une collection de 60 espèces de chênes différentes sur une surface de 8ha, et créé un potager en permaculture de 600 m2.

Pour communiquer avec ses clients, elle a finalisé son projet de barrique garantie sans TCA en sortie d'atelier.

Et le dirigeant est optimiste pour la suite. « La récente suspension pour quatre mois des taxes douanières américaines sur les vins européens devrait apporter un bol d’air aux viticulteurs, qui vont pouvoir relancer leur activité sur le marché américain ».

La fin d'un mauvais rêve

Lionel Kreff pense aussi que la barrique sera un des investissements le moins impacté par la crise, « pour les grands crus comme pour les grands vins en général ».

« Je veux croire que nous arrivons au bout du tunnel. La vaccination est en route, la filière vin est organisée et je pense qu’en sortie de crise, il y aura un nouveau départ et une accélération de la consommation des vins pour célébrer la fin d’un mauvais rêve ».

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé