LE FIL

Petit meslier, pinot gris et pinot blanc

Ces vignerons de Champagne se différencient par leurs cépages anciens

Vendredi 19 février 2021 par Alexandre Abellan

Défendant un « travail d’artisanat » pour produire « des vins différents qui sortent des standards », les champagnes Gratiot Delugny revendiquent « des vins de caractère faits à la propriété ».
Défendant un « travail d’artisanat » pour produire « des vins différents qui sortent des standards », les champagnes Gratiot Delugny revendiquent « des vins de caractère faits à la propriété ». - crédit photo : DR
Allouant 10 % de son vignoble à des variétés minoritaires, les champagnes Gratiot Delugny misent sur un encépagement original pour se différencier.

« Nous sommes convaincus que l’avenir des petits producteurs se trouve dans leur originalité et la qualité » pose Céline Larose, la responsable marketing et commerciale des champagnes Gratiot Delugny (exploitant 10 hectares de vignes à Crouttes-sur-Marne). Bien loti en matière d’originalité variétale, ce récoltant-manipulant exploite 30 ares de petit meslier (plantés en 2008), 30 ares de pinot gris (plantés en 2016) et 30 ares de pinot blanc (plantés en avril 2021).

Explorant un triptyque alternatif à la trinité champenoise dominante (99,7 % du vignoble est recouvert de chardonnay, pinot noir et pinot meunier), le domaine Gratiot Delugny s’appuie sur l’intérêt précoce de son propriétaire, David Gratiot, pour les cépages originaux. Âgé de 14 ans, il aurait commencé à sélectionner et multiplier des pieds de petit meslier trouvés dans la propriété. Cette diversification s’appuie sur « un intérêt personnel pour comprendre les techniques anciennes, et un certain goût du challenge, ces cépages étant plus difficiles à cultiver (d’où leur abandon par les générations précédentes) » souligne Céline Larose.

"Goût inédit et un peu salé"

Si la parcelle de pinot gris vient de donner sa première récolte qualitative en 2020, celle de petit meslier voit ses premiers champagnes commercialisés. Lancée pour les fêtes de fin d’année dernière, la cuvée Bulles d’Avenir millésime 2012 affiche un profil atypique et 100 % petit meslier. « Nous sommes très fiers de cette cuvée qui dénote des goûts complètement différents des autres champagnes » indique Céline Larose, notant un caractère acidulé et une minéralité adoucie par la vinification en fût de chêne (une signature de David Gratiot). Avec ce « goût inédit et un peu salé », cette cuvée de cépage ancien vise la restauration avec un prix de vente de 79 € TTC.

L’arbane, le sixième, et dernier, cépage autorisé en AOC Champagne n’est pas envisagé par le domaine. « Nous trouvons peu d’intérêt gustatif à son raisin, mais nous ne sommes pas fermés à de nouvelles évolutions » conclut Céline Larose.


 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé