Accueil / Viticulture / La vigne murmure à l'oreille de Vegetal Signals

Innovation
La vigne murmure à l'oreille de Vegetal Signals

Cette start-up utilise les signaux électriques émis par la vigne pour repérer les stress hydriques et piloter l'irrigation. Cette technique lui permet aussi de détecter le mildiou en temps réel et d'indiquer aux viticulteurs quand ils doivent sortir traiter.
Par Marion Bazireau Le 13 novembre 2020
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La vigne murmure à l'oreille de Vegetal Signals
Ces capteurs enregistrent l'intensité des signaux électriques émis par les sarments des vignes du Château Dauzac, dans le Médoc. - crédit photo : Château Dauzac.
L

es neurosciences ne sont plus réservées à l’étude du cerveau humain. La start-up bordelaise Vegetal Signals étudie les signaux électriques émis par la vigne en plaçant des électrodes sur ses rameaux. « Cela nous permet d’évaluer son état de santé et de donner des informations utiles aux vignerons » a expliqué Fabian Le Bourdiec lors de son intervention à la rencontre des clusters Innovin et Vinséo ce 12 novembre.

Ces capteurs ne sont pas chers

Pendant 4 ans, le fondateur de la start-up et son équipe ont mis sur pied plusieurs modèles. « Nous travaillons notamment sur la modulation de l’irrigation et la pulvérisation » détaille-t-il. Dans le premier cas, Vegetal Signals place un capteur par hectare. « Il nous en faut une dizaine pour suivre les maladies » reprend Fabien Le Bourdiec. « Heureusement, comme il est beaucoup plus simple de mesurer un paramètre physique qu’un paramètre chimique, ces capteurs ne sont pas très chers. »

Lors d’une expérimentation réalisée sous le contrôle de l’Institut Français de la Vigne et du Vin dans le Gard, le startupper a comparé l’intensité des signaux électriques émis par des vignes soumises à différents régimes d’irrigation aux valeurs de potentiel hydrique foliaire mesurées par des chambres à pression. « Cela nous a permis de concevoir un indicateur de stress hydrique et un système de déclenchement automatique de l’irrigation en fonction des objectifs de production du vigneron » révèle-t-il. 

Traquer le mildiou en temps réel

L’analyse des signaux électriques permet aussi à Vegetal Signals de traquer le mildiou en temps réel. « Nous allons pouvoir suivre à la fois la fréquence et l’intensité des attaques du champignon pathogène, reprend Fabian Le Bourdiec. Nous travaillons actuellement avec un grand constructeur et une cave coopérative pour valider nos modèles. » L’objectif est de permettre au viticulteur d’être beaucoup plus réactif sur ses traitements, et d’utiliser moins de produits.

La start-up bénéficie du soutien financier de Véolia depuis 2018. L’année suivante, elle a travaillé sur le chargement en sucres avec la société Vivelys. Elle a également reçu un prêt Bpifrance, une subvention de la région Nouvelle-Aquitaine, et des fonds européens.

Vegetal Signals a déjà pu placer des capteurs dans plusieurs grands châteaux bordelais, à Latour, Pape Clément, ou Dauzac. Fabian le Bourdiec cherche désormais de nouveaux partenaires financiers pour passer du stade expérimental à la commercialisation.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé