LE FIL

Biotechnologie

Des chercheurs bloquent la germination du mildiou sans pesticides

Lundi 09 novembre 2020 par Marion Bazireau

Les chercheurs ont testé la biotechnologie sur des disques de feuilles de pinot noir, et des plants de vigne en pot.
Les chercheurs ont testé la biotechnologie sur des disques de feuilles de pinot noir, et des plants de vigne en pot. - crédit photo : Université de Milan
Cette découverte pourrait révolutionner la lutte contre le mildiou. Une équipe milanaise a réussi à synthétiser un aptamère peptidique capable d’inhiber l’enzyme responsable de la formation des tubes germinatifs du champignon pathogène.

« NoPv1 » pour « No Plasmopora viticola 1 ». C’est le nom de la combinaison prometteuse de huit peptides qu’une équipe de chercheurs de l’Université de Milan vient de mettre au point.

Cet « aptamère » peptidique inhibe l’enzyme « PvCesa2 », pour « Plasmopora viticola cellulose synthase 2 », un enzyme clé pour le mildiou car il permet la formation du tube germinatif des zoospores. Sans ce tube, le champignon pathogène ne peut pas pénétrer dans les stomates de la vigne et l’infecter.

De nombreux essais ex et in vivo ont convaincu les universitaires de l’efficacité de cette biotechnologie.

Aussi efficace que du Kocide 2000

Les chercheurs ont d’abord inoculé des disques de feuilles de pinot noir, en appliquant soit uniquement des spores de mildiou, ou en co-inoculant à la fois des spores et des gouttelettes de l’aptamère NoPv1. Au bout de 7 jours, les premières feuilles étaient couvertes de tâches blanches, alors que celles qui avaient reçu 200 µM de NoPv1 ne présentaient pas le moindre symptôme.

Ils ont ensuite testé plusieurs concentrations et moments d’application. « 800 µM sont aussi efficaces qu’une pulvérisation du fongicide à base de cuivre Kocide 2000 » indiquent-ils. « L’idéal est d’appliquer NoPv1 dans les sept jours qui précèdent l’infection. »

Au cours de leurs essais, les chercheurs n’ont constaté aucun impact négatif de l’aptamère peptidique sur le tissu foliaire.

"Inoffensif pour les autres organismes "

NoPv1 s’est également révélé très efficace pour empêcher le mildiou de se développer sur de jeunes plants en pots. Quelle qu’ait été sa concentration, il n’a jamais dégradé l’activité photosynthétique de la vigne.

Redoutable contre le mildiou mais inoffensive sur les végétaux, la technologie pourrait constituer une vraie alternative aux produits phytosanitaires, d’autant que l’enzyme ciblé par « NoPv1 » n’est présent ni dans les cellules des bactéries, ni dans celles des levures saccharomyces cerevisiae, des animaux, ou de l’Homme.

Les chercheurs ont testé NoPv1 sur l’oïdium, malheureusement sans succès. Ils ont en revanche constaté un effet sur le mildiou de la pomme de terre et de la tomate.

La synthèse de ces travaux est disponible ici

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
MG Le 12 novembre 2020 à 09:34:12
Il va falloir attendre les tests en plein champs ...
craoux Le 11 novembre 2020 à 11:49:15
Avec les aptamères peptidiques, je me dis qu'on frôle de très - très près le secteur de la recherche voire de la manipulation génétique. Avec des conséquences que les "scientifiques" sont incapables de prévoir à l'aune de leur très faible expérience historique. Je frémis à l'idée qu'on pourrait à très court terme rendre "obligatoire" le vaccin contre le covid19 sorti du chapeau en moins de 10 mois par le Laboratoire Pfizer (vaccin en phase test 3 : le labo communique sur sa performance mais que sait-on sur les effets secondaires indésirables ou dangereux pour l'Homme ?). Je rappelle que cette saloperie de vaccin a une molécule dont le fonctionnement repose sur l'intégration d'une séquence d'ARN messager (séquence génomique donc) qui visera à perturber la production protidique du sinistre coronavirus .. si je comprends bien le truc. Qui nous garantit qu'il n'y aura aucune perturbation dans le fonctionnement physiologique de l'organisme humain ? .. Demandez donc son avis à Alexandra Henrion-Caude (ex Inserm) sur ce genre de travaux liés à l'ARN messager. … Bref : je peux laisser les autres continuer à CROIRE TOUT CE QUE NOUS DIT LE MONDE SCIENTIFIQUE ! Ok, mais d'ici peu, si ça continue comme ça, je n'exclurai pas de me résoudre à ne plus boire de pinard !
Girard Gabriel Le 11 novembre 2020 à 09:05:16
Ami de nombreux vignerons et client difficile.
Metayer Le 11 novembre 2020 à 08:40:24
C’est réellement fantastique ce que la chimie peut faire . je suis toujours un peu sceptique devant une présentation de produits miracles. Rien n’est dit sur l’impact environnemental de sa fabrication et à travers a travers ce que l’on croit deviner le produit serait sans conséquences pour le milieu et l’humain ,super. Il faut maintenant nous rassurer Son positionnement et son coût d’ utilisation final . Il serait intéressant de savoir qui est derrière ce groupe de chercheurs bon courage à bientôt
Piaf Le 11 novembre 2020 à 07:32:39
Bjr. Quand sera t il commercialise. Pourra t on le mettre en aop. Merci de votre lecture
Podor Le 10 novembre 2020 à 15:00:27
J espère une réelle efficacitée et que cela nous redonne une autonomie afin de nous débarrasser de tous ces empoisonneur que je ne juge pas utile de nommer.pas envie de leur faire de la pub
VignerondeRions Le 10 novembre 2020 à 09:29:05
C'est la science qui fait avancer le monde, sûrement pas les intégristes Bobo du grand YAKA. En espérant qu'on trouve des alternatives efficace pour chaque problème rencontré.
Cognac XO Le 10 novembre 2020 à 00:25:09
En voilà une bonne nouvelle....maintenant, il n’y a plus qu’à le tester grandeur nature pour que ce procédé fasse ses preuves....en espérant que ce ne soit pas cette fois ci de la poudre de perlimpinpin...
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé