LE FIL

A minima mondialement

Recul des ventes de vin de 10 % en volume et 15 % en valeur sous le coup du covid-19

Mercredi 28 octobre 2020 par Alexandre Abellan

« La pandémie va exacerber les tensions sur le marché mondial » prévient Pau Roca ce 27 octobre.
« La pandémie va exacerber les tensions sur le marché mondial » prévient Pau Roca ce 27 octobre. - crédit photo : OIV
A date, les analystes de l’OIV tablent sur des baisses conséquentes du marché international des vins. Si les signaux inquiétants se multiplient, les ventes en ligne sont un relai de croissance à surveiller.

Sur le premier semestre 2020, « nous pouvons clairement voir une chute du commerce international de vin. -6 % en volume et -12,4 % en valeur. Cela arrive après de nombreuses années de croissance et l’impact a été plus négatif en valeur qu’en volume » résume Pau Roca, le directeur de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV). Dévoilant l’impact sur l’import/export de la pandémie de coronavirus lors d’une visioconférence de presse, ce 27 octobre, le diplomate souligne toute la difficulté de prévoir les prochaines conséquences économiques d’une crise sanitaire extrêmement mouvante à court-terme.

La question de l’impact du coronarus dépend de ce qui se passera dans les trois derniers mois de l’année note Giorgio Delgrosso, le responsable du département des statistiques OIV. Mais dans l’immédiat, « les principaux analystes prévoient des ventes de vin en baisses de 10 % en volume et de -15 à -20 % en valeur sur les principaux marchés » précise l’expert, ajoutant que « la production relativement faible cette année, couplée à des mesures de réduction des rendements et des stocks, ainsi que le décalage d’entrée sur marché de certaines catégories de vin, va certainement aider à équilibrer l’offre et la demande. »

"Si les mesures de confinement persistent…"

« Ceci étant dit, si les mesures de confinement persistent sur la fin d’année 2020 et sur le début 2021, la situation pourrait empirer » ajoute Giorgio Delgrosso, soulignant que la situation est très hétérogène entre les pays. D’après les données douanières récoltées par l’OIV de janvier à juin 2019, les tendances d’exportations et d’importations sont en effet très différentes selon les pays (voir infographie ci-dessous).

Pour la France, les exportations de vins chutent de 21 % en volume et de 10 % en valeur, quand elles se replient de 7 % en volume et 11 % en valeur pour l’Espagne, de 2 % en volume et 4 % en valeur pour l’Italie… Si des pays réexportateurs s’effondrent en valeur (-35 % pour Singapour et -34 % pour la Grande-Bretagne), des nations productrices rebondissent (+52 % pour l’Argentine).

Ventes en ligne

Concernant le déclin des expéditions de vins français, il ne résulte pas seulement de la crise sanitaire actuelle souligne Pau Roca, rappelant l’effet depuis un an de la surtaxe américaine (dite taxe Trump de +25 % de droits d’entrée) et du repli du marché chinois (entre récession et tensions avec Hong Kong). « Nous pouvons voir que le Covid-19 a causé une récession qui a un impact direct sur le secteur. Tous ces impacts ne seront pas permanents, mais certains dureront. Le secteur a besoin de les anticiper » prévient Pau Roca, pour qui « la digitalisation est un facteur qui s’accélère dans notre société. Nous pouvons voir [la crise sanitaire] comme un catalyseur qui fait arriver les choses plus rapidement que prévu. »

Ainsi, le « e-commerce se révèle être une extraordinaire alternative à tous les autres réseaux. Ce sera la clé pour les ventes futures de vin. Son développement a été boosté par la pandémie et la filière est bien placé pour continuer de croître sur ce réseau » ajoute le directeur de l’OIV, s’appuyant sur des perspectives de croissance de 48 % des ventes en ligne sur 2020 par rapport à 2019. Par rapport au repli généralisé des ventes de vin, il s’agit d’un exemple d’opportunité à saisir pour Pau Roca.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
La rédaction Le 28 octobre 2020 à 11:20:38
Bonjour AV, Les graphiques de l'OIV indiquent les baisses d'échanges sur le premier semestre 2020, le titre indique les perspectives de baisses sur l'année d'après les analyses actuelles. Bonne journée
AV Le 28 octobre 2020 à 10:25:38
Pourquoi mettez vous dans le titre -15% en valeur alors que le graphique montre -21% ?
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé