LE FIL

Effet secondaire

La Covid-19 fait grimper le risque de goût de bouchon dans les vins

Mardi 22 septembre 2020 par Marion Bazireau
Article mis à jour le 01/10/2020 11:54:54

L’augmentation des teneurs en chlore et en brome dans les eaux peut déboucher sur une saturation beaucoup plus rapide des filtres à charbon des vignerons.
L’augmentation des teneurs en chlore et en brome dans les eaux peut déboucher sur une saturation beaucoup plus rapide des filtres à charbon des vignerons. - crédit photo : DR
Depuis la mise en évidence du virus dans les eaux usées, les gestionnaires de circuit de distribution des eaux courantes ont intensifié l’utilisation du chlore et du brome, avec le risque d’une contamination des chais en halophénols et haloanisoles.

La lutte contre la Covid-19 a des effets inattendus. « Depuis que le virus a été retrouvé dans les eaux usées, les gestionnaires de circuit de distribution des eaux courantes ont intensifié la chloration pour conserver une eau de bonne qualité microbiologique », prévient le laboratoire Excell, dans son deuxième « flash info vendanges ».

La plupart des viticulteurs sont déjà équipés de système de déchloration de l’eau pour éviter les contaminations au TCA (2,4,6-trichloroanisole), responsable des goûts de bouchon dans le vin. Mais cela pourrait ne pas suffire. « L’augmentation des teneurs en chlore et en brome dans les eaux peut déboucher sur une saturation beaucoup plus rapide des filtres à charbon » estime le laboratoire, ajoutant qu’un filtre qui sature va relarguer ces composés.

Procédé inéxorable

« Les dérivés chlorés vont alors réagir avec la matière organique pour former des halophénols. Puis, les moisissures inexorablement présentes dans la cave (à la surface ou dans le bois, le sol, les matières sèches, l’atmosphère…) les détoxifieront en haloanisoles » prévient Excell.

De son côté, le brome va se transformer en acide hypobromeux, un oxydant puissant, débouchant sur la formation de composés bromés comme le TBP (2,4,6-tribromophenol), également responsable de goûts de bouchon dans les vins.

D’après les laborantins, des essais ont aussi montré que plus la teneur en acide hypochloreux est élevée, plus la formation de TBP est importante en présence de matière organique et de brome.

« Il est donc fortement recommandé de suivre et de vérifier les systèmes de purification d’eau utilisés à la cave, d’avoir une attention toute particulière sur l’évolution des traitements pratiqués par les fournisseurs d’eau courante, et de faire doser le chlore, les bromures, les haloanisoles et les halophénols » conclut Excell.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
La rédaction Le 24 septembre 2020 à 08:46:26
Bonjour M. MICHAUT, En réponse à votre interpellation, les laboratoires Excell nous indiquent : "Oui les bactéries ou les moisissures ne peuvent pas transformer le chlore en chloroanisole bien évidemment. Par contre les ions hypochloreux et hypobromeux peuvent oxyder des cycles phénols issus de matière organique avec production d’halophénols molécules toxiques pour les moisissures (plus que les bactéries d’ailleurs) que ces dernières vont méthyler en chloroanisoles pour détoxifier le milieu. Le risque est donc bien de par les teneurs plus élevées en agents chlorés ou bromés de voir les teneurs en ions hypochlorures et hypobromures augmenter et la cascade précédemment évoquée se mettre en place."
VignerondeRions Le 23 septembre 2020 à 22:51:38
Ça fait plaisir de voir que certains sont capable de suivre et surtout de démonter l'argumentaire commercial frelaté. Merci François Michaut.
François Michaut Le 22 septembre 2020 à 16:50:42
Les oxydants utilisés pour traiter l'eau sont avant tout des hypochlorites ClONa, ClO²Na , etc... c'est à dire du ClNa oxydé. Une fois l'ion Oxygène relargué il reste en tout et pour tout non pas du chlore, mais du Chlorure de sodium ClNa , c'est à dire du sel de cuisine , parfaitement stable et que les bactéries sont bien incapables de transformer en Chloroanisole C6H4Cl NH3.ou C6H3Cl2NH3 Ce qui crée les chloroanisoles est la méthylation par les bactéries des Chlorophénols (= molécule active des antimoisissures type Bondex et autres Xylophènes) : ajout d'une molécule NH3 , procédé très répandu dans la nature pour neutraliser un procédé actif (par exemple : inhiber un gène). Le chlore à l'état natif n'y est pour rien , et celui du ClNa non plus ... Il ne faut pas tout mélanger.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé