LE FIL

Avis du leader

"Ce n’est pas avec cette foire aux vins que l’on saura si le modèle est enrayé"

Vendredi 18 septembre 2020 par Alexandre Abellan

« La FAV, c’est le moment privilégié où le vin devient la star du magasin » souligne Cyril Mondon.
« La FAV, c’est le moment privilégié où le vin devient la star du magasin » souligne Cyril Mondon.
Ayant toujours le souvenir d’une FAV d’automne 2019 difficile, le réseau Leclerc se prépare à une édition 2020 de toutes les incertitudes.

« Il y a deux ans, Leclerc réalisait 99,8 millions d’euros de chiffre d’affaires sur la foire aux vins. En 2019, nous sommes passés à 96 millions €, soit une baisse de -4 %. Il y a bien longtemps que l’on n’avait pas eu de chiffres négatifs sur cette opération, mais ce n’est qu’une baisse de 3 millions € sur toute la France… de là à dire si c’est enrayé » pose d’emblée Cyril Mondon, possédant l’hypermarché de Rouffiac-Tolosan (Haute-Garonne).

Pour l’adhérent Leclerc, les causes de la déprise en 2019 sont multiples, entre les impacts du millésime 2017 des vins de Bordeaux* (« compliqué à vendre car décrié »), le développement des ventes en ligne (« de plus en plus d’opérateurs se partageant le même gâteau »), les effets de la Egalim réduisant les promotions (et les offres volumiques)… Après ce repli, Cyril Mondon espérait que 2020 puisse renouer avec la croissance : « mais les conséquences sanitaires sur les foires aux vins sont inconnues. Il n’y aura pratiquement pas de soirées de lancement, ce sera peut-être manque à gagner » avance-t-il.

"Il est toujours bon de se remettre en question"

« Avec le contexte particulier, on ne saura pas cette année si les FAV sont vraiment enrayées. On le saura dans les années prochaines » estime l’adhérent Leclerc, qui préfère voir le verre à moitié plein. « Il est toujours bon de se remettre en question et d’être inventif pour faire du chiffre d’affaires » explique-t-il, estimant qu’il faut que la grande distribution s’appuie sur ses forces : un lieu physique, de la théâtralisation, des offres chocs, des intervenants et vendeurs cavistes, un travail sur toutes les AOC, conditionner et proportionner l’offre…

Alors que le confinement a accentué la recherche de petits prix, Cyril Mondon estime que l’« on verra après la FAV si les petits prix ont été plus importants. On espère [surtout] que les clients vont reconstituer leurs caves après le confinement. »

Pour Leclerc, l’opération automnale se tiendra du 29 septembre au 10 octobre dans le réseau Leclerc, avec 230 références proposées.

 

* : Dans l’offre FAV d’automne de Leclerc, les vins de Bordeaux représentent selon les années 40 à 45 % du chiffre d’affaires, ceux du Rhône 15 à 18 %, ceux du Languedoc 10 à 12 %, ceux de Loire 10 à 12 %, ceux d’Alsace 6 à 8 %...

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé