LE FIL

Contestations

Les vignobles du Nord se sentent lésés par le plan sectoriel

Vendredi 07 août 2020 par Aude Lutun

Les vignobles du Nord se sentent lésés par les décisions ministériels concernant le soutien de la filière viticole face à la crise de la Covid-19.
Les vignobles du Nord se sentent lésés par les décisions ministériels concernant le soutien de la filière viticole face à la crise de la Covid-19. - crédit photo : CC0 Creative Commons
Les régions qui ajustent leurs rendements en fonction de leurs ventes se sentent laissées pour compte avec la rallonge sur l’accompagnement de la distillation, annoncée hier par Jean Castex.

« Nous sommes en colère suite aux annonces faites hier par le Premier Ministre, commente Maxime Toubart, président du syndicat général des vignerons de Champagne. Je me suis entretenu ce matin avec mes homologues d’Alsace et de Bourgogne qui sont sur la même longueur d’onde que nous. Le gouvernement nous propose uniquement une rallonge sur la distillation, ce qui grève le budget d’accompagnement de la filière viticole ».

Maxime Toubart se dit très surpris d’entendre les responsables de la filière Vin se féliciter de ces annonces. « Il faut écouter tous les vignobles, poursuit-il. On a le sentiment que les bons élèves, qui gèrent leurs rendements en fonction de leurs ventes, sont sanctionnés. S’il faut surproduire et attendre la prochaine enveloppe de distillation, il faut nous le dire… ».

Avoir différents leviers d'aides

Il rappelle que pour les vignobles qui baissent leurs rendements, le seul accompagnement possible est une baisse des charges sociales. L’équité, pour lui, aurait été d’avoir différents leviers d’aides dont celui de la distillation, « laquelle siphonne une grande partie des budgets », comme il le regrettait déjà il y a un mois.

En Champagne, les négociations sur le rendement 2020, entre le négoce et le vignoble, devaient se terminer le 22 juillet. Mais aucun accord n’a été annoncé. Le prochain bureau exécutif de l’interprofession se tiendra le 18 août pour reprendre les négociations. La baisse du rendement pourrait être de l’ordre de 30 % par rapport à celui de 2019. « J’espère que les régions qui distillent auront le courage de baisser leurs rendements pour les vendanges 2020 », conclut Maxime Toubart.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
VignerondeRions Le 12 août 2020 à 16:00:46
Juste pour mémoire les rendements définis par l'INAO en comité, le sont pour la qualité des produits, ce n'est pas un outils de régulation de prix et/ou de l'offre (...) car il me semble que c'est interdit de réguler le marché. Quand on utilise un outil inadapté, le résultat l'est aussi, d'ailleurs il y a un dictons sympa qui dit "les mauvais ouvriers utilisent les mauvais outils"... Tant qu'on voudra régler des problèmes économiques avec un outils qualitatif, on n'y arrivera pas.
craoux Le 11 août 2020 à 19:21:39
Et si le Minagri prenait ses responsabilités lors de la fixation des rendements 2020 ? ... je veux dire par là que le Minagri pourrait très bien imposer une cure d'amaigrissement aux AOP sollicitant la distillation ! .. il en a les moyens et a tout à fait la possibilité de contester l'ambiance "feutrée" dans lesquelles se déroulent les débats des Instances INAO ... que l'INAO se réveille enfin !
MG Le 10 août 2020 à 16:02:01
Le bordelais et ses 500 000 à 700 000 Hl de vin a distiller ... On croirait les négociants qui viennent de se rendre compte qu'a force d'acheter du raisin à des prix astronomiques, viennent de trouver 5 ans de stock dans leurs caves.
tchoo Le 07 août 2020 à 19:23:09
Il s'imagine quoi l'ami Toubart? Qu'il y a que lui qui gère les rendements? Qu'il vienne voir à Bordeaux si avec 49 hl/ha ses collègues vignerons peuvent vivrent
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé