LE FIL

Trésorerie de confinement

"J’aime mon bistrot" collecte 1 million € pour 6 000 bars et restaurants

Vendredi 01 mai 2020 par Alexandre Abellan

« Le collectif ne cesse de s’agrandir et les consommateurs, sensibles à la cause, répondent à l’appel des patrons d’établissements, de plus en plus nombreux à s’inscrire sur la plateforme, en précommandant des consommations » annonce la plateforme J’aime mon bistrot.
« Le collectif ne cesse de s’agrandir et les consommateurs, sensibles à la cause, répondent à l’appel des patrons d’établissements, de plus en plus nombreux à s’inscrire sur la plateforme, en précommandant des consommations » annonce la plateforme J’aime mon bistrot. - crédit photo : DR
L’initiative solidaire de soutien aux Cafés, Hôtels et Restaurants fermés pendant le confinement permet de dégager des liquidités immédiatement mobilisables pour les enseignes fermées sine die.

Lancée début avril, la plateforme J’aime mon bistrot a recueilli 18 000 précommandes de particuliers permettant de dégager plus d’un million d’euros au bénéfice de 6 000 bars, cafés et restaurants dont les rideaux sont baissés depuis le 15 mars. Permettant aux consommateurs de soutenir un établissement fermé pendant le confinement avec le versement d’une somme abondée à hauteur de 50 % par un partenaire de l’opération, le tout devenant un bon d’achat valable à la réouverture du réseau CHR. A date, l’abondement de 50 % est assuré pour les 20 000 premières précommandes, sachant que l’arrivée de nouveaux soutiens gonfle la capacité de cette plateforme (ce plafond était de 10 000 précommandes au lancement de l’opération).

Parmi les opérateurs de la filière vin participant à cette initiative, on trouve depuis le début avril les vins languedociens de Gérard Bertrand, le groupe bordelais Castel et le Comité Interprofessionnel des Vins d’Alsace (CIVA). S’y sont désormais ajoutés les champagnes Chanson, les vins provençaux Minuty… Et dernièrement la fédération Terra Vitis. Saluant « une initiative solidaire remarquable », David Michelis, le directeur de la certification environnementale souligne qu’« ensemble, distributeurs-grossistes en boissons, fabricants et producteurs, femmes et hommes de la filière CHD, sont totalement mobilisés pour faire revivre très vite ces lieux auxquels les Français sont si attachés, et pour faire repartir leurs activités respectives ».

"Chaîne de solidarité"

Une limitation de la casse économique pour préparer la reprise que confirme Philippe Bouvet, le directeur marketing du CIVA, qui participe au comité de suivi national : « par ce soutien et ce partenariat, nous voulons apporter notre pierre à l’édifice en aidant de manière solidaire la filière CHR. Cette initiative, qui se concrétise par une plateforme digitale inédite a été développée en seulement quelques jours, suite à la collaboration inédite de quelques distributeurs, fournisseurs, start-ups... C’est un défi immense que de contribuer à la réussite opérationnelle d’une telle chaîne de solidarité. »


 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé