LE FIL

Nouvelle diplômée

Lin Liu devient Master of Wine grâce à ses conseils pour hiérarchiser les vins de Cahors

Dimanche 15 mars 2020 par Alexandre Abellan

« La hiérarchisation n’est malheureusement pas la solution miracle pour adresser tous les maux dont nombre d'AOC souffrent » souligne Lin Liu.
« La hiérarchisation n’est malheureusement pas la solution miracle pour adresser tous les maux dont nombre d'AOC souffrent » souligne Lin Liu. - crédit photo : DR
Basée au château de Chambert, la jeune diplômée chinoise s’est penchée sur les points clés pour réussir la relance de la classification du vignoble cadurcien.

Parmi les sept nouveaux diplômés ce début 2020 par l’Institut des Masters of Wine se trouve une titulaire en France : la consultante chinoise Lin Liu, basée au château de Chambert (AOC Cahors). Venue au bout de l’épreuve d’endurance qu’est l’obtention du titre de MW, Lin Liu a validé ses épreuves de dégustation à l’aveugle, ses examens théoriques et son mémoire consacré au « projet de hiérarchisation en AOC Cahors, étude de cas de 1991 à 2019 ». De l’échec cuisant du projet de classification de 2002 (avec le rejet d’un projet révision de l'aire AOC passant par des déclassement) à la relance interprofessionnelle du projet en 2015 (passant actuellement par la distinction de deux terroirs, préalablement à la reconnaissance de crus) le sujet se prête en effet aux réflexions.

« Le mémoire n’avait pas pour mission de recommander une démarche de hiérarchisation, mais plutôt de relever et étudier un certain nombre de thèmes pour que la hiérarchisation s’opère avec un minimum de difficulté et un maximum de succès » précise Lin Liu. Soulignant que « la hiérarchisation est l’héritage historique d’une vision française » et que ce « modèle semble désuet quand de nombreuses alternatives existent aujourd’hui pour promouvoir une marque et/ou région », la master of wine souligne que « pour faire de la hiérarchisation un outil efficace, une AOC doit identifier et régler ses problèmes clés avant toutes choses ».

Préalables

« Sans une stratégie de long terme bien claire, l’exercice de hiérarchisation court le risque de voir avorter de nombreuses initiatives et de gâcher beaucoup d’énergie » souligne Lin Liu. Dans le cadre d’AOC modestes ayant peu de ressources humaines, la consultante souligne que « les porteurs du projet et acteurs risquent également d’abandonner par lassitude si les problèmes fondamentaux négligés en début de projet restent non résolus, c’est le risque d’un cercle vicieux ». Pour la master of wine, la motivation des élus, la bonne communication avec les adhérents et la mise en place d'un plan de route clair sont les trois ingrédients nécessaires à la réussite d'un projet de hiérarchisation.

Personnellement ancrée dans le vignoble français, Lin Liu compte mettre son expertise du marché chinois au service des opérateurs souhaitant s’y implanter. Connaissant la diversité et la typicité de la consommation de vin en Chine, la consultante dirigeait une société chinoise de conseil en investissement avant de s’intéresser aux vins en 2011.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé