Accueil / Commerce/Gestion / Ce que 2020 et 2021 réservent de défis et d'opportunité aux vins français

Intentions d'importation
Ce que 2020 et 2021 réservent de défis et d'opportunité aux vins français

Le 10 février à Wine Paris, Sopexa présentera ses prévisions pour les deux années à venir. Ce panorama des tendances ressenties par des professionnels internationaux rend hommage à la « finesse et la variété » des vins français, talonnés cependant par la concurrence. Autre intérêt de l'étude : révéler leur image dans le monde, aujourd'hui.
Par Pierrick Bourgault Le 23 janvier 2020
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Ce que 2020 et 2021 réservent de défis et d'opportunité aux vins français
François Collache, directeur commercial Drinks de Sopexa présente les grandes tendances du marché mondial du vin sur les deux prochaines années. - crédit photo : Pierrick Bourgault
P

lus fiable que la boule de cristal pour prédire l’avenir : consulter des experts et calculer des moyennes. C’est scientifiquement prouvé : un professionnel en accord avec ses pairs a davantage de chances que ses prévisions soient exactes. La sagesse des foules... Sopexa a ainsi interrogé 984 importateurs, grossistes ou distributeurs dans sept pays (Allemagne, Belgique, Chine, Hong-Kong, Japon, Royaume-Uni, USA). Des acteurs d’envergure : 41 % d’entre eux vendent plus de 100 000 bouteilles par an. L’enquête s’est déroulée entre le 9 septembre et le 25 octobre 2019. L’impact de la taxation américaine mise en place le 18 octobre sur la vente de vins français apparaît limité du point de vue américain. Un bénéficiaire inattendu : les vins italiens, dont  38 % estimaient qu’ils allaient progresser avant l’annonce de la taxation, et 57 % ensuite.

Quelques chiffres sur le panorama des tendances significatives :

1er : le haut du podium pour les blancs de Loire et de Marlborough, les rouges de Bordeaux qui continuent à marquer des points en Chine, le rosé de Provence – référence incontournable qui séduit jusqu’à 90 % des professionnels à Hong-Kong. Pour les bulles, le prosecco.

2 : sur le planisphère des grandes régions – une notion toujours importante, dans le vin – le Languedoc occupe la seconde place pour les blancs et pour les rouges. Rayon bulles, le cava.

3 : la Bourgogne – en blanc, et en rouge – occupe la troisième marche du dynamisme régional ressenti. En Chine, c’est même la référence en blanc. Le crémant français vient derrière prosecco et cava, et devant le champagne (en 4e position) qui progresse néanmoins sur le marché asiatique.

Tendances

16 % des répondants placent l’Australie et l’Italie en tête de l’innovation et de la séduction des jeunes, puis Espagne, USA et Chili. La France suit, à seulement 9 %.

17 % : la diminution de l’offre française en Belgique, comparée à l’étude 2018. Concrètement, les acteurs belges affichent moins de références françaises à leur catalogue.

35 % des experts d’Allemagne et de Grande-Bretagne donnent un bel avenir aux vins légers en alcool.

40 % des répondants placent l’Italie dans le top 3 des origines dont les ventes progresseront le plus, contre 39 % pour les vins français, qui ralentissent en Belgique, Chine, Hong-Kong et USA.

42 % des professionnels – spécialement dans les pays anglo-saxons, mais pas en Chine – estiment que le bio et la biodynamie forment la catégorie la plus porteuse.

53 % des acteurs du Royaume-Uni voient Chili, puis Australie, Argentine et Nouvelle-Zélande – donc l’hémisphère sud – bénéficiaires du Brexit.

62 % des acteurs présents en Chine vendent des bouteilles australiennes, qui poursuivent leur conquête. Les raisons du succès : les marques-repères australiennes fournissent ce vin facile, rouge – couleur appréciée des Chinois – et ont fortement investi dans le marketing.

77 % des professionnels placent le vin français au sommet du prestige, « pour les grandes occasions » mais aussi en champion du bio (56 %) et de la prise en compte des aspects climatiques et environnementaux (43%) jugée meilleure qu’ailleurs.

89 % des acteurs interrogés présentent sur leur catalogue du vin français, le plus représenté dans le monde devant le vin italien (75 %) et espagnol (67 %).

Préférence nationale

En conclusion, une image toujours positive et haut de gamme, bio et saine du point de vue environnemental pour le vin français, mais talonnée par des productions estimées plus abordables et plus innovantes, communiquant mieux vers le public des vingtenaires. Le vin n’est plus seulement une spécialité d’Europe du Sud, désormais le monde entier en produit. En Allemagne comme au Japon, ce sont ces vins nationaux qui gagnent la préférence.

 

 

 

Sopexa

Sopexa fut créée en 1961 sous forme d’une S.A. par les interprofessions de l’agroalimentaire français et les pouvoirs publics pour assurer la promotion des produits agricoles et alimentaires français dans le monde. L’état s’est retiré en 2008 et son actionnaire majoritaire est Hopscotch Groupe. La « Société pour l'expansion des ventes des produits agricoles et alimentaires » est devenue, en termes actuels  « 100 % food, drink and lifestyle ». Agence de marketing et de communication, Sopexa compte 250 collaborateurs dans 24 pays,

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé