Accueil / Viticulture / Boycott viticole de la charte riverains de Charente-Maritime

Traitements phytos
Boycott viticole de la charte riverains de Charente-Maritime

Reprochant le manque d'échange pour coconstruire un outil de cohabitation pacifiée entre le vignoble et ses voisins, les producteurs de Cognac, de Pineau et de vins charentais refusent de signer la charte de la chambre d'agriculture. Qui défend un texte volontairement généraliste, avant de proposer des mesures plus spécifiques.
Par Alexandre Abellan Le 23 décembre 2019
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Boycott viticole de la charte riverains de Charente-Maritime
« Les syndicats de viticulteurs Cognac, Pineau des Charentes et IGP Vins Charentais ont décidé de se désolidariser de cette charte de bon voisinage […] tant que la concertation autour de sa rédaction et tant que son contenu ne sont pas à la hauteur de l’enjeu sociétal du développement durable » annonce un communiqué. - crédit photo : CA17
S

ignée ce 20 décembre à la chambre d'agriculture de la Rochelle par des organisations agricoles et des maires*, la charte de bon voisinage de Charente-Maritime a déjà raté son principal objectif annoncé : « mieux se connaître, mieux se comprendre et mieux se respecter » entre élus, citoyens et exploitants agricoles. Un beau programme qui ne s’est réalisé pour les syndicats de l’appellation Pineau des Charentes, de l’Indication Géographique Protégée Vins Charentais et l’Union Générale des Viticulteurs pour l’AOC Cognac (UGVC). Les trois syndicats viticoles annoncent dans un communiqué leur refus de signer une charte qu’ils expliquent découvrir à la dernière minute, sans concertation suffisante. 

« Nous n’avons eu que des échanges très généraux, peu de débats de fond. Et le tour de table était incomplet, sans réels représentants des riverains ou des enjeux environnementaux. On ne peut pas se satisfaire de cette méthode » déclare Philippe Guérin, le président de l’AOC Pineau, qui s’insurge d’avoir découvert le texte par mail « seulement 48h avant sa signature. C’est inacceptable ! » Une susceptibilité que ne comprend pas la chambre d'agriculture, dont le président, le céréalier Luc Servant, explique à Vitisphere que « des réunions de préparation ont eu lieu et nous avons décider d'accélérer la rédaction pour répondre aux demandes de maires concernant des conflits. Il s'agit d'une charte large pour aider à la communication. Nous irons prochainement plus dans le détail. »

Cadre réglementaire national

Alors que les négociations pour la charte de voisinage de la Charente se déroulent actuellement de concert entre la chambre d’agriculture et les organisations viticoles, le mode opératoire adopté en Charente-Maritime exaspère les élus de la filière. Qui demandaient à ce qu’aucune charte ne soit validée « tant que nous n’avions aucune certitude sur le cadre réglementaire national qui est en cours de rédaction. D’autant que ces textes vont définir des obligations de contenu pour les chartes » souligne Thierry Jullion, le président des vins charentais.

ZNT

Imaginées lors de la loi Egalim, les chartes riverains s’inscrivent désormais dans un contexte plus large de débat sur les Zones de Non Traitement, dont les orientations ont justement été arrêtées ce 20 décembre par le gouvernement. En Charente-Maritime, la charte propose des engagements pour les agriculteurs qui ne satisfont pas l’ambition charentaise : « nous avons mis en place des démarches de certifications environnementales spécifiques et exigeantes. On ne peut pas se satisfaire du texte proposé par la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime qui ne fait que reprendre des obligations déjà existantes » tacle Christophe Véral, le président de l’UGVC.

« La filière viticole mène tout un travail de certification que l'on n'a pas intégré dans une charte généraliste. On verra en 2020 pour échanger et se concerter sur des éléments plus spécifiques aux filières » annonce Luc Servant.

 

* : Les maires étant considérés par la chambre d'agriculture comme les représentants les plus légitimes des riverains.

 

Les engagements des agriculteurs de la charte riverains de Charente-Maritime

« Les agriculteurs adhèrent aux principes de cette Charte, mettent en œuvre des pratiques réduisant l’impact des produits phytosanitaires sur l’environnement et privilégient des démarches de dialogue auprès des riverains. Ils s’engagent à :

Se former régulièrement.

Utiliser des matériels régulièrement entretenus et réglés (conformément aux préconisations du fabricant) permettant de réduire les dérives : pulvérisateurs, buses, panneaux récupérateurs…

Utiliser des produits limitant les dérives, du type huiles végétales et mouillantes.

Adapter les horaires de traitements aux conditions climatiques (vent/pluie), en privilégiant les applications tôt le matin ou en soirée, voire de nuit.

Intégrer une « approche » riverain dans la planification des travaux.

Privilégier les produits ayant le moins d’impact sur l’environnement et la santé.

Respecter les établissements accueillant des publics vulnérables.

Détenir un exemplaire de la Charte (sous quelque forme que ce soit).

Participer à la plateforme : « phytopharmacovigilance ». »




 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé