LE FIL

Grande distribution

Pour Intermarché, la HVE devient une clé d'achat

Vendredi 04 octobre 2019 par Christophe Reibel

Pinot blanc certifié HVE. « Biodiversité favorisée. Réduction du traitement des cultures. Gestion du sol responsable » annonce son étiquette.
Pinot blanc certifié HVE. « Biodiversité favorisée. Réduction du traitement des cultures. Gestion du sol responsable » annonce son étiquette. - crédit photo : Christophe Reibel
Pour le groupe de distribution, l’attente sociétale pour l’environnement est si forte que la certification HVE ressemble de plus en plus à une évolution obligée de la viticulture conventionnelle.

Hors de la Haute Valeur Environnementale, point de salut ? Peut-être pas totalement. Mais Agromousquetaires, le pôle agroalimentaire d’Intermarché, croit dur comme fer à l’avenir des vins certifiés HVE. « Notre objectif est qu’en 2023, 80 %, et en 2025 l’intégralité, des 250 références qui constituent notre gamme Expert-club réponde à ce niveau de performance environnementale. Ce critère devient prédominant. C’est désormais une clé d’achat » indique Nisha Mayuran, responsable de la marque chez Intermarché. « HVE sera la nouvelle norme que la plupart des viticulteurs conventionnels vont devoir rallier car elle correspond à une demande sociétale et qu’elle garantit une production plus régulière que le bio » renchérit François Rigaud, en charge de la filière vins d’Agromousquetaires.

Hauller : 350 ha de vignes HVE en 2021

Le distributeur a illustré le 25 septembre cette montée en puissance en invitant au domaine Waegell, à Nothalten dans le Bas-Rhin. Informés de la démarche par leur négoce en 2017, certifiés HVE en 2018, Joël et Florian Waegell touchent à présent une prime de 10 % du prix de base sur la totalité des apports tirés de leurs 15,7 ha. Cette rémunération supérieure doit compenser des surcoûts induits par le cahier de charges HVE, mais aussi celui un peu plus restrictif que la réglementation en matière de produits phytosanitaires, voulu par leur acheteur, la maison Hauller à Dambach-la-Ville. Le négoce trouve dans les magasins Intermarché un débouché pour 85 % des 9,1 millions de cols qu’il embouteille par an à partir d’achat de vrac et des 450 ha qu’il vinifie. « En 2019, notre unité travaillera la vendange de 64 ha certifiés HVE exploités par huit viticulteurs. En 2020, ce seront 90 ha apportés par 23 livreurs et en 2021 nous grimperons à 350 ha pour 93 viticulteurs » annoncent Joël Spies directeur et Frédéric Tappe, responsable technique de la maison Hauller.  

Le négoce alsacien fournit actuellement quatre des neuf références HVE de la gamme Expert club. Identifiés par une étiquette et une collerette spécifique, ces vins constituent pour l’instant une gamme supplémentaire. Mais elle est appelée à se substituer progressivement et rapidement en rayon aux vins conventionnels. Leur prix de vente consommateur est en moyenne de 14 à 16 % plus élevé que le vin conventionnel comparable. La référence bio équivalente est 30 % plus cher. « Six mois après son lancement, notre référence en Bordeaux HVE se vend presque aussi bien que le vin bio équivalent. L’IGP syrah-grenache fait déjà jeu égal » signale encore Nisha Mayuran.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Jc Le 07 octobre 2019 à 21:56:57
Le hve est certainement la meilleur demarche environnementale qui doit être rémunératrice,n’en déplaise au détracteurs des autres labels! A un moment il va falloir parler de bilan carbone, du manque de main d’oeuvre ,le manque de production Et la concurrence des bios qui ne respectent pas leur label !
christophe Le 07 octobre 2019 à 07:11:07
ils sont au courant chez Intermarché que c'est le prochain scandale le hve car quand Quechoisir ou Cash Investigation va découvrir la réalité de ce faux label environnemental cela risque de faire du bruit. C'est vraiment dommage car il y a besoin d'un vrai label environnemental mais un label qui ne permettrait pas de faire n'importe quoi, où les cmr et engrais chimique seraient interdits, les désherbants limités, et pas seulement planter une haie, installer un nichoir et tout bien enregistrer sur un cahier
bourvil Le 06 octobre 2019 à 10:13:36
N'ayant pas toutes les données pour évaluer ce dossier très complexe il est très difficile de s'exprimer, mais à première vue il s'agirait d'une tromperie supplémentaire à l'égard du consommateur. Il faudrait nous expliquer la pratique de ce point de salut que doit être cette haute valeur environnementale, à ma connaissance il faut des haies, arbustes,fleurs et abeilles, difficilement concevable sur le vignoble de Nothalten que je connais moyennement.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé