LE FIL

Au fond des choses

Kedge lance des recherches sur la consommation responsable

Jeudi 30 mai 2019 par Marion Sepeau Ivaldi

Se déployant en France, le réseau Kedge appuie ses formations et recherches sur le vin à Bordeaux.
Se déployant en France, le réseau Kedge appuie ses formations et recherches sur le vin à Bordeaux. - crédit photo : Kedge BS
Avec l’appui financier de Vin et Société, l’école bordelaise lance une chaire « Consommation responsable ». Objectif : comprendre comment éduquer et transmettre les bons comportements.

Finalement, on ne sait rien. On ne connait pas les conditions d’éducation et d’information qui induisent des comportements responsables de consommation d’alcool. Que faut-il dire à ses enfants ? Comment les amis, les pairs agissent-ils sur nos consommations ? Chacun aura sans doute son opinion de comptoir mais la recherche, elle, n’a jamais éclairé l’analyse. La création de la chaire de « Consommation responsable Kedge Vin et Société » pourra apporter des réponses. Financée à hauteur de 250 000 euros sur 3 ans par Vin et Société, elle va entamer des recherches en deux axes, sous la houlette d’Olivier Gergaud, professeur d’économie. « En toute indépendance » souligne en premier lieu le chercheur qui indique que l’équipe de recherche sera internationale et qu’un post-doctorant y sera dédié (David Jaud, spécialiste du comportement des consommateurs, actuellement en poste à l’Université de Massey, Nouvelle-Zélande).

Dispositif expérimental

Les recherches vont s’organiser en deux axes principaux. Le premier concerne l’éducation et l’impact de l’éducation sur la consommation de vin. « Nous allons étudier une cohorte de familles. Pour certaines, nous interviendront pour délivrer des messages autour de l’éducation des vins. L’idée est d’observer comment les parents et les enfants échangent sur le vin et comment cela impacte la consommation des jeunes » explique le chercheur. Au final, l’objectif est de voir comment l’éducation expose ou protège de la consommation excessive à l’âge adulte. « Nous souhaitons répondre à des questions comme est-ce bien d’échanger ? A quel âge ? » complète Olivier Gergaud.

Le second axe de recherche sera dirigé par Renaud Lunardo, professeur de markéting à Kedge. Le sujet est la compréhension et la prévention des comportements à risque des consommateurs de vin (binge drincking et alcoolisme mondain). Il s’agit de déterminer les meilleurs messages pour dissuader de s’engager dans des comportements à risque. Un des axes sera de voir si la culpabilisation est plus ou moins efficace que la prise de conscience sur les conséquences sur le plan de l’image personnelle.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé