LE FIL

Grêle

Environ 17 000 hectares touchés par la grêle en bordelais et cognaçais

Mardi 29 mai 2018 par Marion Sepeau Ivaldi
Article mis à jour le 01/06/2018 14:41:22

Paysage de désolation dans les vignes du cognaçais après le passage de la grêle du 26 mai.Paysage de désolation dans les vignes du cognaçais après le passage de la grêle du 26 mai. - crédit photo : Alexandre Imbert
Point sur les dégâts dans les vignes girondines et du cognaçais après l'orage du 26 mai d'une rare violence.

« En un seul orage, plus de 10 000 hectares ont été détruits en Bordelais et Cognac. C’est le même scénario qu’en 2013 ! » lance Bernard Farges, président de l’ODG Bordeaux et Bordeaux Supérieurs. Selon les estimations du 28 mai de la Fédération des grands vins de Bordeaux, 7100 ha ont été impactés dont près de 3400 ha à plus de 80%. Si deux orages de grêle se sont abattus sur la Gironde et la Charente ce 26 mai, le plus traumatisant est celui qui a dévasté les vignes du Médoc (1200 ha dont 400 à plus de 80 %), Blaye et Bourg (5000 ha de vignes, dont 3000 ha touchés à plus de 80 %) puis a rejoint la Charente. L'Entre-deux-Mers est touché sur 400 ha. L’importance des surfaces concernées est sans doute ce qui a marqué les vignerons. « Ce n'est plus des évènements localisés. L’inquiétude des viticulteurs vient de l’étendue des dégâts » relève Jérôme Despey, président du Conseil spécialisé de FranceAgriMer. Les dégâts colossaux engendrés ont stupéfait les vignerons, à tel point que certains refusaient de témoigner tandis que leurs confrères des autres régions leur adressaient des messages de soutien sur les réseaux sociaux.

A LIRE AUSSI

Aléa climatique, encore...
Le Luberon frappé par la grêle
Et de trois !
Nouvelle grêle en Champagne

Traumatisme


En Cognac, la surface touchée par cette grêle . Trois secteurs principaux ont été détruits : la moitié sud de la Charente Maritime, Borderie et Rouillac. Au total, 3500 hectares sont touché à plus de 80 % pour un total de 10 000 hectares concernés sur les zones Charentes et Cognac. "La grêle s'est abattue dans des zones qui en avaient été préservées depuis 40 ans" témoigne Alexandre Imbert, directeur du Union générale des viticulteurs de l'AOC Cognac.

En tout, c'est donc plus de 17 000 hectares qui ont été touchés par la grêle, soit une surface plus importante que la superficie de Paris. Cette dernière mesure en effet "10 000 hectares" a rappelé Eric Tesson, directeur de la Cnaoc, dans un Tweet.

 La situation est exacerbée par le gel de l’an dernier qui démultiplie le traumatisme. Pour certaines entreprises, c’est la double peine : gel l’an dernier, grêle cette année. Voire la triple peine : Cognac accumule trois années consécutives d'aléas climatiques.

« En médoc, la carte du gel 2017 et celle de la grêle du 26 mai se superposent» déplore Hélène Larrieu, directrice de l’ODG Médoc. En tout, environ 800 hectares sont touchés à plus de 50 %. 300 hectares ont été détruits par l’orage du 26 mais, et 700 hectares environ avaient été matraqués par des grêlons tombés le 21 mai. Cet épisode de grêle vient donc anéantir des hectares déjà endommagés par le gel l’an passé. L’appellation avait connu une baisse de récolte de 27 % en 2017.
Ce gel historique avait néanmoins fait bouger les lignes de l’assurance. Il semble que de nombreuses exploitations aient choisi de se couvrir, suite à la négociation de contrat collectif avec les assureurs. C’est le cas en Médoc. « Nous sommes en train d’évaluer le taux de couverture de l'assurance récolte. Environ 50 % des entreprises sont assurées, selon une première estimation » indique Hélène Larrieu. Même son de cloche, aux Vignerons de Tutiac qui avait marqué les esprits en 2017, en rendant obligatoire l’adhésion à une assurance récolte pour tous les adhérents. « Les gens nous remercient de cette obligation » se satisfait Stéphane Héraut, président des Vignerons de Tutiac. Entre 1500 et 2000 hectares ont reçu l’impact lacérant des grêlons, soit 30 % des surfaces de la cave coopérative. Et si la cave, elle-même s’était assurée sur les pertes d’exploitations, c’est déjà la commercialisation 18/19 qui préoccupe son président. « Nous étudions comment procéder à l’achat de raisin ». En Cognac, le taux de couverture assurantiel (récolte et multi-risque) est évalué à 50 %. Le vignoble se pose la question de l'approvisionnement du négoce. Le stock de la réserve climatique serait très bas, environ 80 000 hl d'alcool pur.

Epargne de précaution revendiquée

La grêle intervient alors que les députés votent la loi EGA, ce qui a permis une prise de parole dans l’Hémicycle pour rappeler la nécessité de créer une épargne de précaution. La volonté des responsables professionnels viticoles est d’introduire cet outil fiscal dans la loi de réforme de la fiscalité agricole qui sera débattue à l’automne prochain. « Il y urgence à créer cet outil fiscal » martèle Bernard Farges, qui demande également un déplafonnement du VCI. Certains députés, suite à l'évènement du 26 mai, seraient d'ailleurs beaucoup plus à l'écoute concernant la création d'une épargne de précaution.

Soutenant ces demandes, Jérôme Despey réclame la révision du mécanisme de la moyenne olympique pour le déclenchement de l’assurance récolte. « Avec cette succession d’années difficiles, les rendements sont bas, donc les seuils de déclenchement de l’assurance le sont aussi ». Et d’appeler à une décision du ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, en ce sens.

 

L'Anjou aurait également connu des dégâts.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Coussy Marc Le 29 mai 2018 à 18:18:17
Après celui du 2 Août 2013, un nouvel orage dévastateur vient de toucher 5% du vignoble de Bordeaux et 10% de celui de Cognac Malgré les déceptions des vignerons assurés au vu de leur indemnité grêle ou coulure 2013 et Gel 2017, des publi reportages des BancAssurances tentent à nouveau d’exploiter la détresse des vignerons sinistrés pour placer leur produit Mais contrairement aux précédents sinistres le Président des Vins de Bordeaux ne s’y associe pas et reprend la revendication d’un VCI supérieur à une demi-récolte L’important n’est pas d’avoir raison trop tôt mais épaulés par ces “prompts renforts” de faire prévaloir le point de vue des vignerons artisans car n’en doutons pas les lobbys des BancAssurances ne vont pas désarmer pour autant
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé