Accueil / Commerce/Gestion / Comment la gendarmerie du Médoc innove dans la sécurisation du vignoble
Comment la gendarmerie du Médoc innove dans la sécurisation du vignoble
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Contre les arnaques, vols…
Comment la gendarmerie du Médoc innove dans la sécurisation du vignoble

Des cambriolages à la cybercriminalité en passant par les escroqueries et les menaces physiques, l’offre de sécurité développée par la gendarmerie de Lesparre à destination des châteaux médocains est sans précédent pour protéger l’activité de la filière.
Par Alexandre Abellan Le 18 janvier 2023
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Comment la gendarmerie du Médoc innove dans la sécurisation du vignoble
La stratégie des gendarmes médocains se déploie en 10 axes, s’inspirant d’autres initiatives viticoles (comme le renforcement champenois des patrouilles des gendarmes pendant les vendanges) ou hors-filière (comme les alertes SMS déjà déployées pour les magasins). - crédit photo : DR
D

es modestes propriétés aux grands crus classés en 1855, « le secteur vitivinicole est le premier employeur du Médoc, je serais fou de ne pas chercher à le protéger ! » pose le commandant Cédric Roger, à la tête de la compagnie de Gendarmerie Nationale de Lesparre-Médoc (Gironde), qui propose une offre de sécurité spécifique aux châteaux du Médoc pour répondre aux multiples menaces pesant sur eux. Gratuit, le dispositif de la gendarmerie médocain est d’une ampleur inhabituelle, avec trois niveaux selon l’exposition aux menaces. Sachant que cette offre est « ouverte à tous les châteaux, personne n’est exclu » indique le gendarme.

Le premier niveau repose sur « la prise de contact des gendarmes dans les châteaux, avec l’accentuation de la présence bleue sur les périodes sensibles, comme les vendanges ou la mise en bouteille » explique Cédric Roger. Le deuxième niveau de sécurisation repose notamment sur l’alerte SMS depuis le premier juillet 2022. Actuellement, 200 châteaux sont inscrits, avec une quinzaine d’alertes émises depuis l’été sur des alertes à l’escroquerie, aux cybermenaces, au vol de matériels agricoles... « Ce qui est positif, c’est que l’on nous remonte actuellement des infos » pointe le commandant de gendarmerie, en voulant pour preuve qu’après un vol dans un château près de Lesparre, l’alerte SMS reprenant les éléments connus (une description de la voiture et une partie de la plaque immatriculation) a permis de localiser les voleurs (se trouvant chez un propriétaire). Une consultation de sécurité est également proposée aux propriétés, avec des gendarmes référents sureté qui donnent leurs conseils de sécurisation : mettre des barreaux sur certaines fenêtre, ne pas laisser les clés sur les machines agricoles la nuit, se doter de vidéosurveillance…

Troisième étage

Le troisième niveau passe par un audit poussé de sûreté des locaux (réalisé par l’unité de prévention des malveillances), par des conseils de gestion de situation de crise (des gilets jaunes aux actions d’association environnementales), par des mises en situation pour tester la sécurité de négoces et châteaux (avec le concours du peloton de surveillance de la gendarmerie et la protection des personnes (avec une inscription au fichier des professions menacées). Sur ce dernier point, Cédric Roger rapporte le souvenir encore fort des infructueuses tentatives d’enlèvement du directeur d’un château réputé de Pauillac.

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé