Accueil / Commerce/Gestion / Les grands crus de Bourgogne plient le match contre ceux de Bordeaux
Les grands crus de Bourgogne plient le match contre ceux de Bordeaux
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

39-25
Les grands crus de Bourgogne plient le match contre ceux de Bordeaux

Le classement des 100 étiquettes de grands vins du site Liv-Ex témoigne de la folle montée en puissance des crus bourguignons, reléguant presque en seconde division les grands châteaux bordelais.
Par Alexandre Abellan Le 23 novembre 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les grands crus de Bourgogne plient le match contre ceux de Bordeaux
Sur le terrain des vins fins, les buts seraient sans doute marqués entre les arches ouvrant sur les clos bourguignons. - crédit photo : BIVB
S

’il existait une coupe du monde des grands vins, son bookmaker serait sans doute la plateforme anglaise Liv-Ex. Mais plus qu’un pronostic, son rapport sur les 100 étiquettes les plus cotées sur le marché secondaire par ses utilisateurs en 2022* marque un vrai diagnostic des nouveaux rapports de force et d’appétence des grands vins du monde. Jusque-là trusté par les grands crus classés de Bordeaux, le haut de ce tableau est désormais un terrain bourguignon. Si le n°1 reste le domaine Leroy pour la troisième année consécutive, « pour la première fois, il n’y a pas de vins de Bordeaux dans le top 10. Pas un seul premier grand cru classé. Cette année a été totalement volée par la Bourgogne et le Champagne. Quatre bourgognes [Arnoux-Lachaux passant de n°62 à deuxième, Leflaive sautant de la treizième à la troisième place, Prieuré Roch bondissant de la 38ème à la cinquième place et Jacques-Frédéric Mugnier devenu neuvième après avoir été 47ème] et un champagne [Krug, passé dixième après avoir été onzième] ont pris la place des châteaux Lafite Rothschild (deuxième l’an passé), Mouton Rothschild (sixième), Petrus (septième) et Margaux (dixième) » indiquent les analystes anglais.

Plus globalement, ce top 100 recense désormais 39 étiquettes bourguignonnes (contre 24 en 2017), 25 bordelaises (pour 53 il y a 5 ans), 12 italiennes (8 en 2017) et 9 champenoises (6 il y a 5 ans). « Il n’y en a que pour la Bourgogne » titre le rapport de Liv-Ex publié ce jour, soulignant également une percée des vins de Champagne. Alors que la vente aux enchères caritatives des Hospices de Beaune vient d’atteindre de nouveaux sommets de valorisation, l’attractivité internationale des vins bourguignons est indiscutable. Soulignant que « toutes les marques du top 100 ont vu leurs prix augmenter dans un environnement commercial fulgurant », Liv-Ex pointe que « la pandémie de Covid-19 et la frénésie d'achat qu'elle a déclenchée ont propulsé les grandes étiquettes de vins fins du monde au sommet. [2022 confirmant la tendance annoncées par] les classements 2020 et 2021 : une plus grande diversité et l'éloignement continu de Bordeaux sur le marché secondaire. »

Place de Bordeaux

S’ils encaissent un revers (comme d’autres vins, italiens et californiens), les grands crus de Bordeaux sont loin d’être hors-jeu. Si les performances de prix des grandes étiquettes bordelaises sont dépassées par celles des bourgognes et champagnes, les châteaux des communales du Médoc, de Saint-Émilion et de Pomerol continuent de performer en termes de valeur. Notant qu’« il serait facile de voir la situation des marques bordelaises comme négative » globalement, Liv-Ex note de bons résultats individuels : « château Lafite Rothschild reste la deuxième marque la plus échangée en valeur et l'une des dix premières en volume. Château Cheval Blanc n'a perdu qu'une place avec une solide performance globale, tandis que château d'Yquem a gagné 20 places avec un nombre important de millésimes échangés et une valeur commerciale élevée. L'anticipation de la promotion de château Figeac dans le classement de Saint-Émilion en septembre en a fait l'un des meilleurs prix de Bordeaux, mais il a tout de même chuté dans le classement. »

Avec des étiquettes restant de poids, la place de Bordeaux demeure également un outil performant et reconnu pour la mise en marché de grands vins. En témoignent l’offre des négociants bordelais qui ne cesse de croître en nouvelles étiquettes venues d’autres vignobles (de Bourgogne et de Champagne, comme du reste du monde). Si les enjeux du prix des primeurs et des volumes de stocks retenus à la propriété restent posées pour Liv-Ex, le rapport anglais note que « peu de régions concentrent autant que Bordeaux la puissance de marque, le prestige, la disponibilité, la longévité et, de plus en plus, de bon rapport qualité-prix. Comparé à la flambée des prix de la Bourgogne haut de gamme ou même de certains champagnes de prestige, le bon bordeaux reste une proposition solide. » De quoi imaginer une remontada ?

 

* : Se focalisant sur les échanges de vins dépassant 10 000 £ sur sa plateforme (soit 12 332 étiquettes pour 1 694 marques entre le premier octobre 2021 et le 30 septembre 2022), Liv-Ex a réalisé un classement calculé sur les volumes échangés sur son site, les évolutions de prix moyen et les performances commerciales.

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (2)
pg Le 03 décembre 2022 à 19:24:33
II serait fâcheux de considérer que ce classement serait qualitatif. Si j' ai bien compris , le premier vin est celui qui a dégagé le plus d' ? . J' ai cru comprendre que la Bourgogne souffrait d' un manque chronique de production suite à de nombreuses petites récoltes. Il est évident que , la rareté faisant le prix, les Bourgognes se vendent donc plus chers que les grands Bordeaux. Si on ajoute à ça que Mr Parker ne fait plus la pluie et le beau temps et que la sur -présence médiatique fini par lasser le consommateur... Je ne parle pas du pilonnage permanent à l' encontre de Bordeaux, phénomène franco-français. Nous ne buvons pas nos grands crus. Tous ces classements me lassent... Ce qui est sous-entendu, c' est que les Bourgognes font mieux que les Bordeaux. C' est de la petite information... Ce qui serait intéressant c' est de nous analyser le pourquoi du comment , de façon sérieuse . Pas comme je le fais, au doigt mouillé... Bref , aller au fond des choses et ne pas se contenter du superficiel.
Signaler ce contenu comme inapproprié
VignerondeRions Le 28 novembre 2022 à 08:59:19
Ce qu'il serait intéressant de connaître c'est combien de ces bouteilles sont bues? Parce que la finalité du travail des vignerons c'est quand même de consommer le produit. Collectionner les belles bouteilles comme des cartes Pokémon, n'a que très peu d'intérêt (hormis la finance et la spéculation).
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé