Accueil / Politique / La "rentrée des solutions" désirée par les vignerons indépendants
La "rentrée des solutions" désirée par les vignerons indépendants
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Millésime 2022
La "rentrée des solutions" désirée par les vignerons indépendants

Alors que les vendanges animent la filière vin, les tensions sur l’assurance, les marchés et les trésoreries pèsent sur le moral vigneron. Le point sur ces dossiers brûlants avec Jean-Marie Fabre, président des Vignerons Indépendants de France, de la refonte de la moyenne olympique aux reports des Prêts Garantis par l’État.
Par Alexandre Abellan Le 31 août 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La
Les trois priorités pour le vignoble sont le renforcement de la résilience climatique, l’accompagnement dans le recalibrage de la production locale et le soutien à la trésorerie des domaines indique Jean-Marie Fabre. - crédit photo : Luc Jennepin (Vignerons Indépendants)
O
ù en sont les principaux dossiers politiques portées par la filière vin en cette rentrée ?

Jean-Marie Fabre : De nombreux sujets doivent rapidement aboutir : place à l’action ! Nous attendons des réponses du gouvernement, cela doit être une rentrée de solutions. Il y a trois grands enjeux : climatiques, commerciaux et économiques. La résilience climatique d’abord, avec le besion d’un investissement massif dans les outils de protection pour répondre aux sinistres (irrigation, gel, grêle…). Alors que la nouvelle assurance climatique entre en vigueur début 2023, il faut faire évoluer ses références historiques du système assurantiel : la moyenne olympique est un système qui date face au changement climatique. Il faut être force de proposition et ouvrir des négociations avec l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) pour adapter les accords de Marrakech aux risques actuels et avoir une réponse avant le premier trimestre 2023.

S’il n’y a pas de soutien, il faut prendre les mêmes libertés que d’autres. Il faut désobéir en appliquant des règles plus favorables, comme le font les États-Unis (leur moyenne de référence est sur 10 ans) et l’Espagne (avec une assurance climatique ne comptant pas les aléas, dans le cadre de la rentrée dans l’Union Européenne). Ce n’est pas conforme au règlement de l’OMC, qui dit qu’il faut appliquer une moyenne olympique ou une moyenne triennale. Si d’autres le font, pourquoi pas nous ? Ne soyons pas les bons élèves sacrifiant leur compétitivité.

 

Vous évoquiez l’enjeu de rééquilibrer l’offre et la demande dans le vignoble en 2022, où certains veulent produire plus et d’autres réduire la voilure.

Le besoin de recalibrage conjoncturel ou structurel est spécifique par bassin. Il serait complétement erroné de considérer que la filière française est monolithique. Elle est multiple dans ses acteurs, ses marchés, sa localisation… Des bassins ont besoin de régulation par l’arrachage et/ou la distillation, d’autres souhaitent des réserves climatiques et/ou de marchés qu’il faut maintenant autoriser (AOP Alsace et Bordeaux, IGP Pays d’Oc et Méditerranée…), d’autres demandent des rendements déplafonnés (Bourgogne, Champagne, Savoie…). Il ne faut plus tergiverser, mais acter et budgétiser les solutions.

Plus vite on actionne ce recalibrage, plus vite on consolide les acteurs de la filière. Moins on dégradera la situation globale et moins on laissera de personnes sur la touche. Dès octobre, il faut arrêter les leviers par bassin et en dès novembre il faut flécher les outils pour la mise en œuvre avant le démarrage de la campagne commerciale : il faut donner de la visibilité pour la nouvelle campagne.

 

Le troisième point touche à la solidité économique des entreprises viticoles…

Nous attendons un arbitrage de Matignon sur l’étalement dans le temps des encours bancaires, notamment les Prêts Garantis par l’État (PGE). Les solutions, on les connaît, on les a sur la table après une conjonction de trois années de difficultés ayant mené au surendettement (taxes Trump, crise covid, guerre en Ukraine…). Nous attendons les réponses au lendemain des vendanges.

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé