Accueil / Viticulture / Lien confirmé entre risque de leucémies et proximité de vigne chez l'enfant
Lien confirmé entre risque de leucémies et proximité de vigne chez l'enfant
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Etude Inserm
Lien confirmé entre risque de leucémies et proximité de vigne chez l'enfant

L’Institut national de la santé et de la recherche a étudié l’exposition et les cancers de 20 000 mineurs. L’augmentation du risque de développement d’une leucémie aiguë serait proportionnelle à celle de la surface en vigne dans un rayon de 1 000 mètres autour de leur domicile.
Par Marion Bazireau Le 19 juillet 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Lien confirmé entre risque de leucémies et proximité de vigne chez l'enfant
Les premiers résultats ont montré une augmentation de l'ordre de 5-10% du risque de leucémie pour une augmentation de la densité de vignes de 10% dans leur environnement des enfants. - crédit photo : Vignovin
A

lerte aux toxiques, la Confédération paysanne, France Nature Environnement ou Générations Futures ont vivement réagi la présentation au ministère de la Santé et de la Prévention de la présentation de l’étude Géocap-Agri consacrée aux liens entre viticulture et les leucémies aiguës chez les enfants : « leurs résultats sont clairs : le risque de développement de leucémie aiguë pour un enfant augmente à chaque augmentation de la proportion de surface en vigne de 10 % dans un rayon de 1 000 mètres autour du domicile ».

Porté par deux chercheuses de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) à la demande de l’Etat, ce projet a vu le jour suite à l’alerte lancée à Preignac en Gironde par un collectif de parents d’enfants malades et une institutrice. « Une chaîne s’est constituée regroupant le maire qui a fait un signalement aux autorités de santé, une salariée agricole, ou encore des médecins de l’association Alerte des médecins sur les pesticides. L’étude Géocap-agri a été la réponse de l’État face à cette mobilisation » rappellent les associations. 

20 000 individus suivis

Entre 2002 et 2013, les scientifiques ont donc étudié l’influence de différentes expositions (lignes à haute tension, voies de circulation automobile, présence de polluants dans l’environnement, proximité de champs de culture…) chez des enfants âgés de moins de 15 ans au 31 décembre de l'année du diagnostic de leur maladies et chez des témoins âgés d’au plus 18 ans.

Les chercheurs ont recensé 1 700 cancers, dont 470 leucémies par an chez les moins de 15 ans, 2 200 cancers depuis 2011 chez les moins de 18 ans. Ils ont aussi suivi 5 000 témoins de moins de 15 ans par an, et 6 000 de moins de 18 ans depuis 2011.

Co-responsable de l’étude, Jacqueline Clavel confirme que « les premiers résultats ont montré une augmentation de l'ordre de 5-10 % du risque de leucémie pour une augmentation de la densité de vignes de 10 % dans leur environnement ». Elle précise néanmoins que l'estimation du risque lié à ces expositions font l'objet d'une nouvelle enquête de l'équipe Inserm dont les résultats seront détaillés en octobre.

Conversion massive vers la bio

Sans attendre, les associations demandent à l’Etat un accès aux données d’utilisation des pesticides à la parcelle, les registres d’épandage devant mentionner les molécules utilisées et leurs quantités.

« Il faut également revoir les textes réglementaires censés encadrer l’usage des pesticides et notamment le décret dit de protection des personnes et ses zones non traitées (ZNT) de 3 ou 10 mètres. Nous demandons aussi des périmètres de protection autour de tous les lieux de vie, écoles, crèches, terrains de sport et habitations compris, ainsi qu’un vaste plan de conversion de notre agriculture vers un modèle agricole vraiment durable, tel que l’agriculture biologique ».

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé