Accueil / Viticulture / Dans les vignes de Bourgogne après le déluge, la grêle et des mini-tornades...
Dans les vignes de Bourgogne après le déluge, la grêle et des mini-tornades...
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Millésime 2022
Dans les vignes de Bourgogne après le déluge, la grêle et des mini-tornades...

Les orages causent des dégâts graves mais sporadiques en Bourgogne : Gevrey-Chambertin a subi un déluge inédit, et le Nord-Mâconnais des mini-tornades. Mais dans l’ensemble, les dégâts restent très limités dans ce vignoble.
Par Clément L’Hôte Le 30 juin 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Dans les vignes de Bourgogne après le déluge, la grêle et des mini-tornades...
Un air de rizière à Gevrey-Chambertin cette fin juin. - crédit photo : ODG Gevrey-Chambertin
L

es intempéries récentes ont aussi frappé les pinots noirs et chardonnays de Bourgogne. Du 20 au 26 juin, l’ensemble de la région a subi des orages « très particuliers », d’après Christine Monamy, responsable Agrométéo du Bureau Interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB).  « Il ne s’agissait pas, comme d’habitude, d’un front orageux qui se déplace du sud-ouest au nord-est. Nous avons eu ce qu’on appelle des supercellules, c’est à dire des cumulonimbus monstres, pouvant contenir une énergie équivalente à dix bombes nucléaires.  Alors forcement, avec nos générateurs, il était difficile d’atténuer les grêlons. »

Résultat : des dégâts de grêle dans toute la région, mais de manière « hyper localisée ». D’après les premières remontées d’informations, Marsannay, Gevrey-Chambertin, Couchey, Fixin, Nuits-Saint-Georges, Prémeaux-Prissey, Beaune, Igé, ou encore Vergisson sont touchés. Les parcelles atteintes ont subi « 20 à 30 % de dégâts en moyenne », relate Christine Monamy. 

Chloé Marnier, responsable vignes de la coopérative Nuiton-Beaunoy (Environ 400 hectares en Côte d’Or) confirme : « les dégâts sont très localisés, différents d’une parcelle à l’autre dans un même village ». Chez ses adhérents, on déplore « des vignes touchées à 10-15 % à Nuits-Saint-Georges ; idem dans les Hautes-Côtes, à Chevannes et à Chaux ; et jusqu’à 30 % à Chorey-les-Beaune ».

Clos effondrés et traitements par hélicoptère à Gevrey-Chambertin


Quelques phénomènes plus graves ont été rapportés. Comme ces mini-tornades observées dans le Nord-Mâconnais. « Des communes comme Chapaize, Bray et Ameugny sont concernées. Ce ne sont pas des villages très viticoles, mais ceux qui ont des vignes là-bas ont tout perdu », déplore Jérôme Chevalier, président de l’Union des producteurs de vins Mâcon (UPVM).

À Gevrey-Chambertin, des pluies diluviennes ont surpris tout le village, vignerons comme particuliers. Caroline Drouhin, présidente de l’ODG Gevrey, n’en revient toujours pas. « On a pris 120 mm le temps d’un seul orage, le soir du mercredi 22 juin. C’est du jamais-vu. Les stations météo débordaient. Nous avons eu beaucoup de problèmes de ravinement, la terre coulant au bas des parcelles. Des murets de clos se sont même effondrés.» Bien sûr, « impossible d’entrer dans les vignes pour traiter, alors que la pluie a accru la pression mildiou ». D’où cette décision inédite : « nous avons pu, de manière tout à fait exceptionnelle, traiter le vignoble par hélicoptère. Un arrêté interministériel l’a autorisé, à titre dérogatoire. Une bouillie bordelaise certifiée bio a été appliquée sur toute l’appellation. »  

Rendement potentiel préservé à l’échelle régionale

Si ces phénomènes sont dramatiques pour les viticulteurs touchés, la situation reste rassurante à l’échelle de toute la Bourgogne. « Les dégâts sont tellement localisés que, sur le rendement de l’ensemble du vignoble, cela fera probablement peu de différence », estime Christine Monamy, qui rappelle « la très belle sortie de grappes » de l’année. D’ailleurs, les orages ont apporté au moins un effet positif : « les précipitations abondantes ont comblé une partie du déficit hydrique de l’année. Selon les lieux, 40 à 120mm sont tombés en Bourgogne en juin ».

 

Photo : ODG Gevrey-Chambertin.

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
Denis Le 11 juillet 2022 à 08:43:27
Pluies très intenses sur vignes non enherbée (travaillée ?) et sans tournières enherbées. Après, avec 120 mm (rappel : 120l/m²--> un petit bain), pas de miracle sur les écoulements, juste des techniques pour amoindrir les effets. Mur en parpaings pas le plus efficace ni le plus résistant à la poussée, surtout sans drain.
Signaler ce contenu comme inapproprié
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente / Charente-Maritime / Deux-Sèvres ... - CDI
Côte-d'Or - Alternance/Apprentissage
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé