Accueil / Viticulture / La grêle martèle 250 ha de vigne en Champagne
La grêle martèle 250 ha de vigne en Champagne
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Côte des Bar
La grêle martèle 250 ha de vigne en Champagne

Hétérogènes, les dégâts sont particulièrement forts dans les vallées de la Laignes et de la Sarce, alors que la vendange s’annonçait particulièrement prometteuse dans l'Aube.
Par Alexandre Abellan Le 29 juin 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La grêle martèle 250 ha de vigne en Champagne
Le vignoble champenois arrive au stade de fermeture de la grappe, avec des vendanges annoncées pour la fin août. - crédit photo : CIVC
J

usqu’ici, tout allait bien. Et puis la Côte des Bar a essuyé ce samedi 25 juin en fin d’après-midi un violent orage de grêle. Le Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne rapporte que dans l'Aube « l’orage a traversé le vignoble sur un axe Sud-Ouest/Nord-Est (de Channes à Rizaucourt-Buchey), occasionnant de gros dégâts de grêle sur les vignobles du sud du Barrois, dans les vallées de la Laignes et de la Sarce (Bragelogne-Beauvoir, Channes, Courteron, Gyé-sur-Seine, Landreville, Les Riceys, Neuville-sur-Seine entre autres) ». Face à l’hétérogénéité des dégâts, l’interprofession doit d’abord estimer les dégâts avant de les chiffrer.

D’après les premiers retours, une trentaine d’hectares est touchée à 100 % sur les Riceys. « Toutes les grappes sont détruites » rapporte Geoffrey Péhu, le président de l’AOC Riceys, estime que l’ensemble du vignoble touché en Côte des Bars s’élèverait à 250 ha, mais à différent niveaux de dégâts. Sur la commune de Bragelogne-Beauvoir, les champagnes Rollin recensent 1,5 hectare de vignes grêlées à 60 % sur 6,5 ha en propriété, alors que les champagnes Finot évalue leurs dégâts à 3 hectares grêlées à 100 % sur 4 ha en propriété.

C’était la tempête

« Ça a duré 5 minutes, avec du vent, des grêlons, de la pluie… C‘était la tempête » rapporte-t-on à la maison Finot, évoquant un orage tombé par surprise : « ça a tout déchiqueté, avec des parcelles détruites à 100 %. Le feuillage est tombé et ça a tranché en deux les baies : on voit les pépins. » N’ayant jamais grêlé, la propriété n’est pas assurée et accuse le coup : « c’est d’une grande violence et sur une grande étendue. Les raisins de pinot noir étaient superbes, gorgés d’eau. La récolte était prometteuse. » Ce que confirme Geoffrey Péhu : « c’était beau et bien parti », espérant que ce premier orage soit le dernier de la saison.

Les dégâts sont impressionnants, les grêlons laminant le feuillage et les grappes.

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé