Accueil / Viticulture / L’état sanitaire du vignoble se dégrade après le passage des orages

Mildiou et oïdium
L’état sanitaire du vignoble se dégrade après le passage des orages

Les conseillers de nombreuses régions attirent l’attention des vignerons sur le développement du mildiou. L’oïdium est encore plus problématique dans le Val-de-Loire ou le Languedoc.
Par Marion Bazireau Le 23 juin 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
L’état sanitaire du vignoble se dégrade après le passage des orages
Du mildiou sur une parcelle traitée d’ugni blanc, en Charente-Maritime. - crédit photo : J. Poulard - UNIRE
L

’arrivée de la pluie a soulagé les vignerons qui commençaient à voir leurs parcelles tirer la langue. Ils vont désormais devoir redoubler de vigilance pour limiter le développement des maladies.

Dans tout le Sud-Ouest, les derniers bulletins de santé du végétal (BSV) font état de la progression du mildiou. « Dans les trois jours à venir, le risque va devenir majoritairement très fort sur les secteurs Lot-et-Garonne, Nord-Médoc, Libournais et Bourgeais-Blayais » indique par exemple celui du Nord-Aquitaine.

Dans leur réseau, les conseillers viticoles de Bordeaux observent essentiellement une évolution des sorties sur feuilles sur les témoins non traités suite aux précipitations du 8 juin. Des tâches ont également pu sortir en Bourgogne et en Franche-Comté. Le secteur de Tracy-sur-Loire dans la Nièvre serait un peu plus touché. 

A Cognac, quelques vignes traitées sont également concernées. « Le vignoble reste pour l’heure très sain et la sensibilité des grappes diminue à l’approche de la fermeture mais je conseille aux viticulteurs de protéger leurs parcelles » assure Magdalena Girard, de la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime.

Quelques fenêtres pour aller traiter

Les vignerons doivent profiter des quelques fenêtres de temps sec qu’ils auront dans la semaine pour sortir leur pulvé. « Les vignes restent accessibles. L’eau s’est bien infiltrée hormis dans quelques sols très gras où elle a fait des flaques ».

Les orages du 3 au 8 juin ont engendré peu de contaminations dans le Maine-et-Loire. Au stade petit pois, cela augure d’un état sanitaire sur grappes qui restera globalement satisfaisant. « Comme préconisé la semaine dernière, si vous ne voulez prendre aucun risque, un passage avant les orages de plus de 2 mm est conseillé. Si vous tolérez des taches sur jeunes feuilles et éventuellement un peu de rot brun, vous pouvez faire l’impasse » précisent les rédacteurs du bulletin Infoviti49.

Attaques d’oïdium

Conseiller viticole indépendant, Hugues Daubercie s’inquiète davantage de la progression de l’oïdium. « Il y a désormais de vraies attaques, notamment sur chardonnay, dans le vignoble saumurois comme dans le Layon » affirme-t-il.

Même constat dans le Languedoc. « Des fortes contaminations sur les feuilles néoformées sont observées depuis une semaine environ sur des cépages de type Grenache et Carignan. Le niveau d’infestation des grappes augmente dans l’ensemble des secteurs du département en fréquence et en intensité » avertit le BSV

L’oïdium progresse aussi dans l’Hérault avec de nombreux repiquages sur jeunes feuilles et une augmentation de la fréquence de grappes atteintes dans les parcelles où la maladie était déjà présente. Dans certaines parcelles, jusqu’à 96 % des grappes présentent des symptômes. Les Chambres d’agriculture préconisent un examen exhaustif des grappes en cœur de souches.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
VignerondeRions Le 27 juin 2022 à 08:13:23
C'est l'éternelle problématique des orages. Il pleut 20mm à un endroit et 3mm à 1.5 km, donc quand le parcellaire est un peu éparpillé. Ça dépend ou est posé le pluviomètre, et quelles données servent au calcul des modèles de prédiction.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé