Accueil / Commerce/Gestion / Objectif 5 000 convives pour le festival oeno-bistronomique du Beaujolais

"Bienvenue en Beaujonomie"
Objectif 5 000 convives pour le festival oeno-bistronomique du Beaujolais

Du 17 au 19 juin, un millier de convives se sont retrouvés autour des repas et animations proposés par les domaines et caves participant à "Bienvenue en Beaujonomie". Un évènement qui s’inscrit dans la stratégie de montée en gamme des vins du beaujolais.
Par Bérengère Lafeuille Le 22 juin 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Objectif 5 000 convives pour le festival oeno-bistronomique du Beaujolais
Le lancement de l'évènement a eu lieu au chateau de Bellevue, avec, de gauche à droite : Daniel Bulliat, Colette Darphin (vice-présidente du département en charge de l'agriculture) et Philippe Bardet. - crédit photo : Bérengère Lafeuille
P

our sa troisième édition, le festival oeno-bistronomique Bienvenue en Beaujonomie a reçu plus de 1 000 convives du vendredi 17 au dimanche 19 juin derniers. Lancé en 2019, et suspendu l’année suivante pour cause de pandémie, ce rendez-vous festif repose sur « l’art de recevoir à la façon beaujolaise, avec de grandes tablées et de bons vins », explique Daniel Bulliat, président d’Inter Beaujolais. Le concept est simple : « faire découvrir nos vins de caractère au cœur de nos terres », reprend le vigneron, qui y voit l’occasion de démontrer que le beaujolais produit « des vins racés capables de s’aligner sur des tables gastronomiques ».

Cette année, une quarantaine de repas et animations ont été proposés par 26 domaines, caves et maisons durant tout le week-end. Pour concocter les repas – allant du pique-nique dans les vignes au dîner gastronomique, 22 restaurateurs se sont associés à l’évènement, tandis que six domaines ont cuisiné eux-même. Proposés entre 30 et 120 €, vins du domaine inclus, les repas ont affiché un taux de remplissage moyen de 83 %. A côté des classiques visites du domaine, certains vignerons ont proposé des concerts, des lectures, des virées en 2CV ou encore des escape game. L’évènement, qui ramène des gens à une centaine de kilomètre à la ronde, est soutenu par l’office de tourisme du beaujolais, qui souhaite attirer les touristes en dehors de l’époque des vins primeurs.

Crever le plafond de verre

Vice-président de l’interprofession et directeur de la maison Jean Loron, Philippe Bardet attendait 80 personnes au château de Bellevue. « Pour 65 €, les convives avaient droit à un menu de chef accordé à quatre vins et un concert de jazz, et pouvaient profiter du parc où 95 espèces d’arbres ont été inventoriées, illustre-t-il. L’objectif de l’évènement n’est pas de vendre plus de vin, sachant que le beaujolais manque déjà de volumes. Le but est de monter en gamme pour passer enfin la barre des 10 €. En-dessous de ce prix, le vigneron a du mal à vivre et les gens ne respectent pas le produit. »

« D’une édition à l’autre, on s’améliore, mais il faudrait monter en puissance, reprend Daniel Bulliat. Peut-être qu’à l’avenir, il faudra changer les dates, pour éviter d’être en concurrence avec des journées portes ouvertes. Nous pourrions aussi développer des animations collectives autour de certains caveaux. » Son objectif : atteindre « 5 000 convives à moyen terme », en embarquant au moins une centaine de domaines et caves dans l’évènement.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé