Accueil / Commerce/Gestion / Les grands crus classés en 1855 ouvrent leurs portes et leur carnet d’expériences
Les grands crus classés en 1855 ouvrent leurs portes et leur carnet d’expériences
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Médoc, Sauternes et Barsac
Les grands crus classés en 1855 ouvrent leurs portes et leur carnet d’expériences

Après la route 66 ou les chemins de la Compostelle, les châteaux bordelais du Médoc et de Sauternes proposent leur propre parcours touristique dans une guide en forme d’invitation au voyage.
Par Alexandre Abellan Le 11 juin 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les grands crus classés en 1855 ouvrent leurs portes et leur carnet d’expériences
Carnet de voyage, l’ouvrage indique les activités de chaque château, son accessibilité, l’ordre de grandeur de ses prix… - crédit photo : DR
G

rands crus clichés. Les préjugés ont la vie dure, mais l’image de grilles et de châteaux bordelais fermés à la visite a vécu. Comme en témoigne le guide Route 1855, publié ce 15 juin par les éditions Flammarion (256 pages pour 26 €, en français ou en anglais). Le luxueux ouvrage recense les activités œnotouristiques ouvertes au public de 39 grands crus classés en 1855 (sur un total de 87 propriétés classées en Médoc, Barsac et Sauternes). Tracée pour la première fois, « la Route 1855 est comme les grandes routes touristiques dans le monde : la rencontre de l’histoire, des paysages, et des grands vins. Une façon ludique de s’immerger dans les grands crus classés en 1855, de constater aussi leur modernité, comme leur ouverture à tous » explique Philippe Castéja, le président du conseil des grands crus classés en 1855.

« Les châteaux sont très ouverts, ils ont professionnalisé leur offre touristique, qui va des dégustations perchées dans les arbres de Rayne Vigneau à la réalisation de recettes avec un chef japonais au château Lagrange, sans oublier les restaurants, à Cos d’Estournel ou Lavinal à Lafaurie-Peyraguey, récemment honoré d’une deuxième étoile Michelin, ou Marquis de Terme à Margaux » esquisse Sylvain Boivert, le directeur du conseil. Ayant dirigé la publication de ce guide, il y voit non seulement un support au rêve des amateurs, mais aussi un outil de travail pour les professionnels (la texture de son papier permet de l’annoter). Accompagnant la montée en puissance de l’œnotourisme, le guide appuie également la structuration de l’offre (qui se concrétise déjà lors des rendez-vous annuels du conseil dédiés au tourisme : le septième a lieu ce 23 juin à Bordeaux).

Invitations au voyage

Entre patrimoines épicuriens, architecturaux et historiques, « l’œnotourisme est né de ce mariage heureux » et « ces grands crus classés de 1855 forment un ensemble exceptionnel uni par une communauté de destins » écrit dans la préface l’animateur Stéphane Bern, à la tête d’une fondation pour l'Histoire et le Patrimoine (abritée par l’Institut de France), ajoutant que « chaque bouteille, chaque étiquette, sont comme autant d’invitations au voyage, à embarquer à destination de Bordeaux ».

Lancé ce 15 juin à Paris, le guide sera aussi mis en avant lors de la Bordeaux Wine Week ce 23 juin.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente / Charente-Maritime / Deux-Sèvres ... - CDI
Côte-d'Or - Alternance/Apprentissage
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé