Accueil / Viticulture / La vigne part sur "plein pot" à Bergerac

Millésime 2022
La vigne part sur "plein pot" à Bergerac

Avec la sécheresse, le mildiou se fait discret alors que le black-rot a fait son apparition, facilitée par plusieurs jours de forte pluie fin mai. Les merlots, eux, sont précoces.
Par Colette Goinère Le 24 mai 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La vigne part sur
Le millésime 2022 est actuellement marqué par la précocité. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
G

aelle Reynou-Gravier à la tête du château Perreau à Saint-Michel-de-Montaigne, en Dordogne, 25 ha, AOC Bergerac et Montravel, ne se risque pas à des pronostics : « C’est un peu difficile de se positionner sur ce millésime 2022. Tout dépendra de ce qui se passera dans les prochaines semaines » indique-t-elle. Seule certitude : le manque d’eau est réel depuis l’hiver. « S’il n’y a pas d’eau cet été, ça va bloquer » prévient-elle.

Dans ses vignes, en ce moment, c’est la pleine fleur pour les merlots qui constituent 15 ha de son exploitation. « Avec un tel scénario, on s’achemine vers un millésime précoce » confie-t-elle. Et de souhaiter un peu d’eau entre juin et juillet et surtout pas de grêle.  

A Razac de Saussignac, Thierry Daulhiac, du château Le Payral, 15 ha, AOC Bergerac, Saussignac, lui aussi, constate qu’avec les chaleurs de ces dernières semaines, la végétation est partie «  plein pot » : « On observe une quinze jours d’avance pour les merlots. Les travaux en vert sont très avancés. Il faut être partout » reconnait-il.  Avec la chaleur et la petite humidité du matin, il a lancé des traitements pour contenir la faible  pression  Black-Rot et oïdium. Depuis avril il a effectué quatre traitements.

Floraison des merlots

François Ballouhey, conseiller viticole à la chambre d’agriculture de la Dordogne, a noté un démarrage rapide de floraison pour les merlots et les sémillons, dès la semaine dernière.

Avec la sècheresse observée en mai, le mildiou se fait discret : « Cette situation sanitaire laisse du répit au vigneron mais perturbe l’entretien du cavaillon, du fait de sols durs » indique-t-il. Par contre les pluies fortes entre le 19 et le 23 mai dernier, ont facilité la sortie du black-Rot, sur les feuilles.

Pour éviter le stress hydrique, François Ballouhey se prend à espérer un peu d’eau d’ici quelques semaines.

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé