Accueil / Viticulture / Pas d’aide aux vignobles endommagés par des castors

Gard
Pas d’aide aux vignobles endommagés par des castors

Le gouvernement indique que les dégâts causés par l’espèce protégée ne seront pas indemnisés, des mesures préventives pouvant être mises en place.
Par Alexandre Abellan Le 19 mai 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Pas d’aide aux vignobles endommagés par des castors
« Les services de l'État, en particulier en région, sont mobilisés pour que soient apportées, en toutes circonstances, les réponses les plus appropriées aux problèmes posés par la cohabitation entre le Castor et l'Homme » indique la ministre Barbara Pompili. Dégâts constaté dans le vignoble gardois en 2021 suite à la chute d’un peuplier rongé par des castors. - crédit photo : Archives 2021
F

in de non-recevoir. Un an après la chute d’un peuplier de vingt mètres de hauteur et d’un mètre de diamètre, rongé par un castor, sur trois rangs de vigne dans le Gard, « il n'est pas envisagé la mise en place d'un régime d'indemnisation des dommages dus au castor » répond à une question sénatoriale Barbara Pompili, la ministre de la transition écologique, estimant que « le volume et la nature de ces dégâts ne peuvent déclencher la mise en place d'un régime extraordinaire d'indemnisation. Le Conseil d'État a précisé, dans une décision du 30 juillet 2003, que "le préjudice résultant de la prolifération des animaux sauvages appartenant à des espèces [protégées par la loi] doit faire l'objet d'une indemnisation par l'État lorsque, excédant les aléas inhérents à l'activité en cause, il revêt un caractère grave et spécial et ne saurait, dès lors, être regardé comme une charge incombant normalement aux intéressés" ».

Si « des dégâts peuvent être à déplorer » dans les cultures avoisinant les cours d’eau quand la végétation n’est pas suffisante pour satisfaire à ses besoins (de nourriture ou de matériau de construction), des méthodes préventives existent pour la ministre : le réseau castor de l’Office français pour la Biodiversité (OFB) apporte ainsi des conseils de protection pour cohabiter avec l’espère protégée (protection individuelle des arbres, zone tampon…). Refaisant l’historique de la présence du castor européen (Castor fiber) le long des cours d’eau français (15 000 km à date), la ministre rappelle qu’avec une population en croissance, « il s'agit d'un succès en termes de sauvegarde d'une espèce autrefois au seuil de l'extinction en France ». Espèce animale protégée, le castor ne peut être ciblé par « la destruction, l'altération ou la dégradation des sites de reproduction et des aires de repos » rappelle la ministre.

Clôture électrique

« Comme il s’agit d’une espèce protégée et réintroduite, elle ne peut pas être piégée pour être amenée ailleurs » regrette le vigneron Philippe Nouvel, à la tête du domaine Guyot (15 hectares en production à Souvignargues, dans le Gard). Pour ne plus avoir de ceps coupés par les castors, le vigneron a mis en place des clôtures électriques le long de la parcelle jouxtant le cours d’eau où se trouvent les castors. Dès que la rivière commence à se tarir, il met ses protections en place pour éviter que les rongeurs ne viennent dans ses parcelles. Utilisant normalement ses clôtures électrifiés contre les sangliers, il les installe désormais plus tôt en saison. « Comme il n’y a pas de soutien et pas de solution, je n’ai pas d’autre choix » indique Philipp Nouvel, qui n’a pas subi d’autres dégâts depuis la chute de son peuplier l’an passé.

 

 

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé